Archives par mot-clef : seniors

Quel est le réseau social préféré des « digital seniors » ?


Selon une enquête nationale sur la Silver Economie menée par Afnor en 2014, un senior sur deux déclare s’intéresser de près aux évolutions du secteur des nouvelles technologies. (1) Avec l’alimentation et la santé, les nouvelles technologies font ainsi partie des domaines pour lesquels les seniors sont les plus demandeurs d’offres et de services. Mais quelles sont leurs attentes et comment les marques sont-elles en mesure de saisir cette opportunité digitale pour conquérir cette population exigeante ?

Seniors Femmes

La vie esthétique des femmes de plus de 60 ans : harmonie ou tyrannie ?


Selon l’anthropologue Pierre-Joseph Laurent, la « laideur équivaut à une fragilité que tous, beaux ou belles, nous expérimenterons, au moins, par la vieillesse. » (1) Oui – malgré l’évolution des représentations relatives aux seniors, de plus en plus positives – la chasse aux rides continue dans le monde contemporain de la beauté. Le caractère exponentiel du marché des crèmes anti-âge révèle une lutte encore acharnée contre le temps. Pourtant, dans les discours publicitaires, le champ lexical de la scientificité se trouve aujourd’hui accolé à un tout autre vocabulaire, relatif au bien-être et à la singularité. Que faut-il en déduire ? Cette évolution serait-elle liée à une mutation du regard que les femmes de plus de 60 ans porte sur leur corps ?

Femme Senior

Les baby-boomers et internet : « ils ne voient que des avantages ! »


Laurence Bee

Laurence Bee


Rencontre avec Laurence Bee, journaliste et créatrice des sites Parents 3.0, Ados 3.0 et Seniors 3.0

Qui sont les « silver surfers » ?

La génération des baby-boomers est celle qui arrive actuellement à la retraite. C’est une génération un peu « dorée » qui a connu les trente glorieuses, qui a connu, voire « fait » Mai 68, et elle n’a pas grandi, contrairement à nous, avec le mot « crise ». Pour eux, le progrès est vraiment synonyme de beaucoup de choses positives. Le futur, c’était « les lendemains qui chantent ». Ils portent de ce fait un regard bienveillant sur le numérique. Ils n’ont pas connu nécessairement les écrans dans leur vie professionnelle, mais ils arrivent à la retraite avec l’envie de communiquer et de rester connectés, dans tous les sens du terme. D’ailleurs, c’est souvent par le biais des petits-enfants qu’ils sont sensibilisés aux nouvelles technologies. Le numérique redistribue les rôles au sein de la famille. Aux parents, confrontés aux pratiques des ados, la gestion du quotidien, avec les tensions et les crispations que cela peut impliquer. Tandis que les seniors, les grands-parents considèrent avant tout les outils digitaux comme des moyens de rester en contact avec leurs petits-enfants.

Les seniors donnent un « coup de jeune » à la planète mode


La vie après 65 ans est source de plaisirs. Voici ce que déclarent 85% des européens de plus de 65 ans interrogés lors du premier baromètre du « Bien Vieillir » mené par l’institut Korian en partenariat avec Ipsos en 2014. (1) Parmi les leviers d’hédonisme du quotidien de ceux que l’on appelle les seniors, le surf sur internet tient la part belle, puisqu’ils sont 81% en Europe à apprécier ce loisir. Mais ils ne se contentent pas seulement de regarder, ils sont également adeptes de l’e-shopping ! En première ligne de mire, le secteur de la mode est directement concerné comme l’a souligné récemment la Fédération française de prêt-à-porter. (2) La révolution des baby-boomers imprègne ainsi le marché de l’habillement, tant du côté des pratiques consommateurs, que des représentations publicitaires.

Joni Mitchell

Joni Mitchell

« Pourquoi les femmes sont-elles autant mal à l’aise lorsqu’il s’agit de parler de leur sexualité ? »


Beth MontemurroRencontre avec Beth Montemurro, sociologue et auteure de l’ouvrage Women’s Stories of Sexual Evolution.

Quel a été le point de départ de votre enquête sur la sexualité des femmes ? Vos questionnements initiaux ?

J’ai eu l’idée de cette recherche alors que je terminais mon ouvrage précédant Something Old, Something Bold: Bridal Showers and Bachelorette Parties (Montemurro 2006), dans lequel j’ai examiné combien l’expression de la sexualité féminine dans l’espace public était approuvée lors des fêtes de célibataires « Bachelorette Parties » et à l’inverse, châtiée aux enterrements de vie de jeune fille. Ce qui m’a frappé, c’est la courte durée nécessaire à ce changement de perception et à quelle vitesse les femmes que j’ai interrogées pour cette étude se sont rapidement déconnectées du rôle de célibataire qu’elles ont joué lors des « Bachelorette Parties ».

« Quand on parle de la ménopause, c’est le plus souvent par le prisme du problème »


La ménopause en FranceRencontre avec Cécile Charlap, Doctorante en Sociologie à l’Université de Strasbourg. Ses travaux de thèse portent sur la construction sociale de la ménopause, son traitement social dans le contexte français et l’expérience des femmes.

Quel est l’imaginaire social associé à la ménopause en France à l’heure actuelle ?

Dans notre contexte social, la ménopause est construite comme l’entrée dans un temps de la déficience, de la pathologie et du risque. Un imaginaire de la minoration lui est associé. La ménopause est, en outre, directement associée au champ médical. Aussi, quand vous regardez comment on parle de la ménopause et qui en parle dans l’espace public, vous voyez que c’est le plus souvent par le prisme du problème et par un représentant de la profession médicale et/ou psy.

Les femmes seniors sont-elles l’avenir des marques ? (2/2)


L’usage du terme « seniors » s’est généralisé depuis maintenant quelques années. Révélateur d’une société privilégiant le « jeunisme », ce terme – plus valorisant – englobe une population des plus hétérogènes. Parmi ces consommateurs âgés, une cible intéresse plus particulièrement les professionnels de la communication : les femmes seniors. Mais les marketers comprennent-ils vraiment leurs attentes ? Quelles marques se distinguent par leur politique marketing ciblant les femmes seniors ?

Les seniors, qui sont-ils ?

En 2012, le marché des seniors est estimé à plus de 22 millions d’individus (source ined) (1). Cette considérable population se compose de profils particulièrement divers. C’est pour cette raison que plusieurs typologies ont été créées pour aider les professionnels à comprendre leurs publics. Plus communément, trois générations semblent coexister. Cette segmentation est le résultat d’un triple effet : d’âge, d’étapes de vie et de valeurs. (1)

Les femmes seniors sont-elles l’avenir des marques ? (1/2)


Frédéric Serrière

Rencontre avec Frédéric Serrière, Expert et Conférencier international sur les impacts du vieillissement démographique.

Womenology : Qui sont les femmes seniors en France et quelles sont leurs tendances actuelles de consommation ?

Les femmes de 50 ans et plus sont 14,1 millions. Les tendances sont très variées ce qui rend cette cible difficile à appréhender. Pour faire simple, il est possible de les segmenter suivant les générations : 50/67 ans : les Boomers, 68/78 ans : les femmes Seniors, 78 ans et plus : les Ainées. Les valeurs de ces générations sont très différentes, ainsi que l’est leur consommation. Par exemple, les valeurs des femmes Seniors sont : sécurité, vision globale, réassurance, camaraderie, les valeurs des Femmes Boomers sont : plaisir, liberté, choix, nostalgie, jeunesse… D’une manière générale, la femme qui vont attirer le plus les marques est la femmes Boomers en raison de son pouvoir d’achat, du nombre, et de son habitude de la consommation.

Womenology : Les marketeurs s’intéressent t-ils suffisamment aux femmes seniors ?

La réponse est clairement non. La grande majorité des entreprises s’intéressent en priorité aux moins de 50 ans, pensant souvent que les plus de 50 ans consomment comme les autres. Néanmoins, depuis quelques années, avec la crise économique, il semble que les entreprises commencent à imaginer les Femmes Seniors comme une source de relais de croissance. De plus, le lancement de la filière Silver Economie devrait aider les marques à s’y intéresser davantage.