Archives de catégorie : Mode

Ces marques qui cartonnent sur les réseaux sociaux


Impossible aujourd’hui pour les marques de faire l’impasse sur la communication digitale, c’est une évidence. Mais plus qu’un vecteur incontournable, les réseaux sociaux constituent surtout un levier d’action inestimable, à l’image de l’opération virale de l’année menée par Michel et Augustin pour conquérir le PDG de Starbucks. (1) Le potentiel pouvoir des campagnes de communication sur les réseaux sociaux ne demande ainsi qu’à être déployé par des concepts créatifs. Pour ce faire, de quelles marques faut-il s’inspirer ?

tous connectés

« Nous ne nous prenons pas au sérieux et nous prenons beaucoup de plaisir à interagir avec notre communauté »


Rencontre avec Alice Barbier, créatrice du blog « J’aime tout chez toi » et styliste partenaire de la marque Asos.

Alice Barbier - J'aime tout chez toiQuelle est la singularité de votre blog  ?
Pour quelles raisons séduit-il vos abonné(e)s à votre avis ?

Notre singularité est très certainement celle de tenir un blog en couple et proposer des looks en duo, souvent coordonnés. Je crois que c’est cette différence qui plait à nos lecteurs.

Les seniors donnent un « coup de jeune » à la planète mode


La vie après 65 ans est source de plaisirs. Voici ce que déclarent 85% des européens de plus de 65 ans interrogés lors du premier baromètre du « Bien Vieillir » mené par l’institut Korian en partenariat avec Ipsos en 2014. (1) Parmi les leviers d’hédonisme du quotidien de ceux que l’on appelle les seniors, le surf sur internet tient la part belle, puisqu’ils sont 81% en Europe à apprécier ce loisir. Mais ils ne se contentent pas seulement de regarder, ils sont également adeptes de l’e-shopping ! En première ligne de mire, le secteur de la mode est directement concerné comme l’a souligné récemment la Fédération française de prêt-à-porter. (2) La révolution des baby-boomers imprègne ainsi le marché de l’habillement, tant du côté des pratiques consommateurs, que des représentations publicitaires.

Joni Mitchell

Joni Mitchell

Prêt-à-Porter : quelles tendances sont à la mode ?


Lorsque les femmes font du shopping pour dénicher leurs vêtements, elles achètent prioritairement au coup de cœur, voici ce que souligne l’Observatoire du prêt-à-porter Odoxa pour Camaïeu, publié en juin dernier. (1) D’ailleurs, pour les répondantes de cette étude, l’achat de vêtement est avant tout associé à un instant de bien-être ; elles sont ainsi 72% à évoquer le « plaisir » pour parler du shopping et le deuxième item qu’elles utilisent pour décrire ce moment est celui positif de « la détente » (pour 32% des sondées). A l’inverse, seuls 6% des femmes interrogées parlent d’ « ennui » et d’ « angoisse ». Le shopping a donc la côte, indéniablement ; mais quelles sont les tendances actuelles du secteur de la mode ? Les attentes des consommatrices sont-elles en adéquation avec les discours et offres des marques ?

Les femmes et la mode

Révolution digitale pour la VAD : 3 Suisses choisit l’humour !


3 suissesEngagée depuis 1999, avec notamment la rénovation de son site internet, la stratégie digitale de la marque 3 Suisses, n’a eu de cesse de s’intensifier depuis 2010. En perte de vitesse depuis une dizaine d’années, ce géant de la VAD a du repenser dans sa globalité son identité de marque mais également ses canaux de distribution et de communication. Difficile fut la révolution numérique et en 2014, 3 Suisses annonce un nouveau plan de relance à 2 ans pour booster ses ventes. Retour sur la mutation de cette marque qui n’a pas hésiter à se réinventer.

La folie des Stan Smith 


Stan SmithSelon une enquête réalisée par l’agence Diffusis et Brandalley en 2013, les femmes achètent en moyenne 8 paires de chaussures par an. Si 50% d’entre elles déclarent aimer la mode en matière de chaussures sans la suivre à tout prix, 36% considèrent néanmoins la chaussure comme un accessoire essentiel de leur garde robe. (1) Cette affinité avec cet objet de consommation a pris une tournure tout à fait remarquable en 2014 avec l’emballement « mode » autour des sneakers. Plus particulièrement, le modèle « Stan Smith » chez Adidas a connu un retour très médiatique et des ruptures de stock fracassantes chez les hommes comme chez les femmes. Comment expliquer le succès de cette « basket »… on ne peut plus basique ?

La saga Dim : « Liberté, égalité, féminité »


Née en 1953 sous l’égide de Bernard Giberstein, la marque Dim fait partie intégrante de l’histoire de l’esthétisme à la française. « Dim est une marque mythique et trans- générationnelle » explique Julie Aurange, responsable de la communication pour Dim, Playtex et Wonderbra, « c’est une marque ancrée dans l’imaginaire collectif des Français grâce à sa saga publicitaire, à sa célèbre musique (Lalo Schifrin), à ses produits innovants s’inscrivant dans les tendances socioculturelles de l’époque, et à ses prix plutôt accessibles. » (1) Comment la marque a-t-elle construite une relation de longue durée avec ses consommatrices ? Retour sur l’histoire d’une marque qui a accompagné les attentes féminines avec impertinence.

Halte aux stéréotypes


Les femmes conduisent moins bien que les hommes. Les hommes ne peuvent pas faire plusieurs choses en même temps. Les voitures sont des jeux de garçons. Les poupées sont des jeux de filles. 

Les stéréotypes de genre sont nombreux, et toute campagne publicitaire qui les utilise enflamme les réseaux sociaux. Difficile de se reconnaitre dans ces stéréotypes…les réseaux sociaux expriment, en réalité, cette impatience grandissante aux changements.

Du 3 mars au 8 mars, Womenology et aufeminin.com ont décidé de mettre en lumière comment certains stéréotypes de genre ralentissent l’égalité.

Nous publierons des résultats d’études, des interviews, et des vidéos liées au sujet des stéréotypes. Sont-ils tous négatifs ? Les femmes combattent-elles ou intériorisent les stéréotypes ? Parce qu’ils sont des freins à l’égalité et sans vouloir nier les différences hommes/femmes, les stéréotypes méritent d’être mis en lumière.

Un hashtag #Halteauxstereotypes est créé dans le cadre de cette initiative.

H&M et sa « Celebrity Strategy » : une source d’inspiration pour les femmes


Star strategy : Beyoncé

Beyoncé pour H&M (2013)

« Notre devoir est de créer une personnalité pour les marques de nos clients » : voici un des credo de l’iconique publicitaire américain Bill Bernbach, pionner de la Star Strategy et co-fondateur de l’agence DDB (Doyle Dane Bernbach). Dans les années 80, Jacques Séguéla reprendra ce terme en étendant sa définition : « ll y a erreur de définition. La star stratégie n’est pas l’utilisation des stars dans la pub mais la nécessité pour toute campagne de faire de son produit une star. L’emploi d’une personnalité n’est donc que l’espérance d’un supplément d’impact. A la condition qu’il n’y ait pas vampirisation du message par la vedette. » (1)

La Star Strategy : un outil de communication intemporel

L’utilisation des célébrités dans les campagnes de communication perdure inexorablement. Image idéalisée des consommateurs, la star génère un désir d’imitation. « La star est une marchandise totale, » comme l’écrit le sociologue Edgar Morin, « … elle n’est pas seulement un génie tutélaire qui nous garantit l’excellence d’un produit. Elle invite efficacement à adopter ses cigarettes, son dentifrice, son rouge à lèvres, son rasoir préféré, c’est-à-dire à, nous identifier partiellement à elle. Elle fait vendre savons, combinaisons, réfrigérateurs, billets de loterie, romans, qu’elle imprègne de ses vertus. C’est un peu de l’âme et du corps de la star que l’acheteur s’appropriera, consommera, intègrera à sa personnalité. » (2)