Les foodista sont-ils des influenceurs comme les autres ?

Nul ne peut nier que le web a réinventé les pratiques alimentaires des Français. Pour 81% d’entre eux, il représente une source d’information inépuisable en matière de recettes et pour 64% il est un instrument incontesté dès qu’il s’agit de trouver un restaurant. (1) Dans cet univers culinaire et digital riche, des personnalités émergent : ils alimentent un blog, une chaine Youtube, voire un compte Pinterest et suscitent l’admiration de leurs abonné(e)s. Décryptage de ces influenceurs foodista qui aiment à partager leur créativité.

influenceurs - foodista - smartphone

Click and Cook !

Tout comme la télévision qui a connu son boom culinaire – en 2005, les chaînes françaises diffusaient un total de 160 heures sur la cuisine alors qu’en 2015, ce sont plus 800 heures qui ont été recensées – le digital s’est mis aux fourneaux de manière assidue ! Selon Médiamétrie, parmi le top 70 des sites de la catégorie cuisine et gastronomie (en terme d’audience VU), 13 sont des blogs ; ils représentent donc une part non négligeable de l’audience culinaire française. (3) D’ailleurs, d’après une récente étude publiée par Prisma Média Solutions, les blogs les plus suivis par les femmes blogonautes sont en premières positions ceux dédiés à la cuisine (52%) et à la beauté (45%). Petite précision néanmoins, pour les moins de 35 ans, ce sont les blogs mode et lifestyle qui remportent la palme. (4)

Blogs - Femmes - Food - Beauty

Cette même étude lève aussi le voile sur l’image que les blogonautes se font de ces « influenceurs et influenceuses ». Les qualités que les femmes fréquentant les blogs apprécient chez les blogueuses (et blogueurs) sont ainsi leur caractère passionné (70%), leur créativité (62%), mais également leur dynamisme (42%). Petit bémol, les blogonautes ne sont que 20% à estimer que les influenceuses sont « sincères » et 23% à les considérer comme accessibles. Ce chiffre appelle ainsi à nuancer certaines idées reçues.

Blog - Etude

L’influenceur : social media omnipotent !

Justement, pour favoriser la proximité avec leurs cibles, les influenceurs plébiscitent de manière exponentielle les réseaux sociaux ; certains s’exportant même de leur blog originel pour d’autres supports. C’est d’ailleurs le cas de nombreux foodista, comme Dorian, auteur du blog « Mais pourquoi est-ce que je vous raconte ça… », qui aujourd’hui est très présent sur Pinterest où il est suivi par une grande communauté Food étrangère. « Les usages évoluent et les blogueurs traditionnels ne peuvent donc plus faire l’impasse sur les réseaux sociaux, qui se multiplient. Pour continuer de capter l’attention de leurs communautés, ils doivent donc les accompagner là où elles se trouvent désormais, afin de leur apporter toujours plus de pertinence dans le contenu, mais aussi de confiance et d’affinité. Reste à trouver le bon mix » souligne Azria Pascale, Directrice Générale Associée de Kingcom et co-fondatrice de la conférence Food is Social, « pour faire évoluer sa communauté, l’accroître et la diversifier, le rich media est aujourd’hui incontournable. » (5)

Dorian - Pinterest - Food

Dans la même veine, Nadia du blog « Paprikas » s’est emparé d’Instagram et Charles a ouvert une chaine youtube FastGoodCuisine, suivie par plus de 600 000 abonnés. (5) Pour Arnaud Monnier, directeur branding chez Google France, la vidéo est un média devenu incontournable dans l’univers culinaire. « C’est un bon format pour apprendre la cuisine » souligne-t-il, « vous avez l’impression que le chef est dans votre cuisine. Il parle aux utilisateurs. Il est proche et développe du contenu qui répond fortement aux attentes (…) le succès, c’est la proximité. » (2) Pour preuve, aux Etats-Unis, ce sont 1,6 million de fans qui suivent les aventures de la chaîne My Cupcake Addiction. Autre exemple détonnant, les vidéos de la chaîne Charli’s Crafty Kitchen, animée par deux fillettes de 10ans, enchantent environ 500 000 abonnés. (2)

Mais qui sont les followers de ces influenceurs ?

Fin 2014, l’agence de marketing et de communication Sopexa avait choisi de se pencher sur cette communauté des « foodies », particulièrement visible sur la toile. (6) Cette enquête, publiée début 2015, donne ainsi quelques clés de compréhensions sur les différences internationales entre ces addicts de cuisine. Par exemple, il semblerait que les « foodies » français, avec une moyenne d’âge de 33 ans, soient relativement jeunes comparés à leurs homologues des autres pays, notamment aux américains (moyenne d’âge de 53 ans). Et en ce qui concerne l’usage des ‘social média’, là aussi, des différences sont notables. Ainsi, les chinois seraient les « foodies » les plus susceptibles de partager leurs coups de cœur culinaires (92%), suivis par les Français (76%) et les Britanniques (72%). Une chose est certaine, le web n’a pas fini de nous faire saliver.

Marion Braizaz

Sources :
(1) Opinion Way – Food is social – Étude réalisée auprès d’un échantillon représentatif de1031 Françaisâgés de 18 ans et plus
http://www.influencia.net/fr/actualites/tendance,etudes,food
(2)https://www.thinkwithgoogle.com/intl/fr-fr/article/de-nouveaux-influenceurs-culinaires-font-bouillir-la-marmite-digitale/
(3) Mediametrie – NetRatings – Octobre 2015
(4) Prisma Media Solutions Cette étude a été menée en septembre 2015 auprès de 1166 blogueuses (et aussi instagrameuses, youtubeuses, twittos) et de 886 blogonautes (femmes fréquentant des blogs) –
(5)http://www.influencia.net/fr/actualites/tendance,observatoire-influencia,blogueur-influenceur-pleine-mutation,5885.html
(6) « Sopexa Foodies Survey » : une enquête menée par Sopexa et les experts marketing 2.0 de sa Digital Factory (12 pays) en novembre 2014 auprès de 3400 foodies en Allemagne, France, Chine, Royaume-Uni, Japon, USA.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>