La vie esthétique des femmes de plus de 60 ans : harmonie ou tyrannie ?

Selon l’anthropologue Pierre-Joseph Laurent, la « laideur équivaut à une fragilité que tous, beaux ou belles, nous expérimenterons, au moins, par la vieillesse. » (1) Oui – malgré l’évolution des représentations relatives aux seniors, de plus en plus positives – la chasse aux rides continue dans le monde contemporain de la beauté. Le caractère exponentiel du marché des crèmes anti-âge révèle une lutte encore acharnée contre le temps. Pourtant, dans les discours publicitaires, le champ lexical de la scientificité se trouve aujourd’hui accolé à un tout autre vocabulaire, relatif au bien-être et à la singularité. Que faut-il en déduire ? Cette évolution serait-elle liée à une mutation du regard que les femmes de plus de 60 ans porte sur leur corps ?

Femme Senior

Les normes de la féminité : difficile à concilier avec le passage des années ?

La peur de vieillir est très présente dans les discours des femmes. Selon l’étude CSA publiée fin 2014 sur le rapport des femmes à leur beauté, 4 sondées sur 10 déclarent « avoir peur de vieillir ». D’ailleurs, dans le détail, ce sont les plus jeunes qui s’avèrent les plus inquiètes. (2) De leur côté, les femmes de plus de 65 ans sont nombreuses à se sentir plus jeunes que leur âge (ce sentiment s’accroissant avec le passage des années). Nul doute, le culte du jeunisme est loin d’être outrepassé. Cette quête esthétique s’avère par conséquent douloureuse au quotidien pour un grand nombre de femmes qui ne parviennent pas à atteindre leur idéal. L’enquête CSA révèle ainsi que les Françaises sont peu enthousiastes devant leur miroir, et notamment les plus âgées. Si 27% des 18/24 ans déclarent se sentir belles régulièrement, c’est le cas de seulement 11% des 65 ans et plus. Plus probant encore, 88% des femmes seniors se sentent belles uniquement « de temps en temps » voire même « jamais ». (2)

De la beauté pour autrui à la beauté pour soi

La difficulté à répondre aux injonctions esthétiques n’est pas la seule différence entre les femmes les plus jeunes et leurs ainées de plus de 65 ans. En effet, ces dernières ne donnent pas les mêmes significations aux pratiques de beauté. Pour les femmes de moins de 35 ans, se faire belle est avant tout considéré comme une arme de séduction : 25% des 18-34 prennent ainsi soin d’elles en priorité « pour plaire aux autres ». Pour les femmes de plus de 65 ans, l’objectif principal est davantage d’accroitre leur confiance en elles (63% versus 46% pour les 18-24ans). « (Les femmes) ont tout simplement l’habitude de jouer avec leur apparence » écrit le sociologue Jean-François Amadieu. (4) De fait, avec le passage des années, elles font évoluer la relation à leur corps.

Beauté Femmes Senior

Davantage socialisées au monde du paraître et notamment aux soins esthétiques, comme l’a souligné la sociologue Michelle Pages dans ses travaux (6), les femmes portent un regard affuté sur leur apparence depuis le plus jeune âge. Dès leur enfance et adolescence, elles sont soumises à de nombreux codes et obligations esthétiques leur permettant d’acquérir une connaissance de soi extrêmement forte, et celle-ci peut même donner lieu à une forme de liberté d’être soi lors de l’expérience du vieillissement, qu’illustrent notamment les chiffres de l’étude CSA.

Si la majorité des femmes font l’éloge d’une beauté « naturelle » (72%) en comparaison à une beauté trop « travaillée » et artificielle, les seniors, quant à elles, sont plus nombreuses à revendiquer « l’harmonie et la beauté intérieure » comme des idéaux esthétiques (78% des plus de 65 ans contre 53% des 18-34 ans). « Puisqu’être âgée ne permet d’être belle au sens de la beauté physique, la beauté intérieure peut, et doit, prendre sa place. Ainsi, la dignité ou l’allure, comme la joie de vivre ou l’humour permettent à certaines femmes de se sentir « belles » malgré les marques du temps » écrivent les chercheurs Enguerran Macia et Dominique Cheve. (4)

La confiance en soi se gagne avec l’âge

« La cinquantaine serait la plus belle période de la vie d’une femme » selon 68% des femmes de 45 à 60 ans et 63% des 25-44 ans, révèle la deuxième édition de l’Observatoire Ipsos-Balsamik, publié en 2014. (3) D’après les femmes sondées, les plus de 50 ans s’occuperaient plus d’elle-même (77 %), et se sentiraient même mieux dans leur corps aujourd’hui (67 %) que les femmes de 30 ans. Avec l’âge, les femmes semblent ainsi gagner en confiance en elles, comme si les épreuves passées leur avaient permis de se construire une estime personnelle plus forte. Après des années de régimes, de surveillance, de contrôle, d’adéquation aux normes, une tendance à la singularité semble ressortir. Il ne s’agit pas ici de rejeter tous les codes sociétaux de beauté, mais plutôt de se donner le droit de s’écouter plus attentivement. Selon 87% des femmes, 50 ans est l’âge à laquelle une femme est la plus indépendante.

Marion Braizaz

Sources :

(1) Laurent, Pierre-Joseph. 2010. Beautés imaginaires: Anthropologie du corps et de la parenté. Louvain-la-Neuve: Editions Academia. p.142
(2) Le rapport des femmes à la beauté – Etude CSA pour Madame Figaro Rapport d’étude – octobre 2014 – 1003 femmes interrogées
(3) http://www.lsa-conso.fr/50-ans-l-age-ideal-pour-les-femmes,191560
(4) Amadieu, Jean-François. 2005. Le poids des apparences : Beauté, amour et gloire. Paris: Editions Odile Jacob.
(5) Macia, Enguerran, et Dominique Chevé. 2012. « Vieillir en beauté? Transformations et pratiques corporelles des femmes ». Gérontologie et société n° 140(1):2335.
(6) Pagès, Michèle. 2001. « Corporéités sexuées: jeux et enjeux ». Sociologie d’aujourd’hui 2:21938.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>