La « révolution vidéo » sur Internet en quelques chiffres

La vidéo et les marquesEn 2010, l’entreprise américaine Cisco prévoyait qu’en 2014, 90% des données échangées sur internet seraient des vidéos. Aujourd’hui, il est désormais clair que cette prédiction n’était pas à prendre à la légère puisqu’en France, 85% des internautes ont déjà regardé une vidéo sur Internet, soit 66% de la population. (1) Plus particulièrement, le public féminin s’avère friand de ce type de contenu multimédia, Womenology.fr a mené l’enquête.

Silence, ça tourne chez les marques !

La vidéo s’est imposée comme un vecteur de communication privilégié sur Internet. A l’heure actuelle, elle représente 60% du trafic web et il faut savoir qu’une vidéo sur six est même visionnée via un équipement mobile. (1) Preuve de cet engouement, les marques ont investi en masse cet outil. « Actuellement, entre la vidéo et l’écrit sur Internet, il se passe exactement la même chose qu’il s’est passé entre la presse écrite et la télévision dans les années 60 » souligne Bérangère Arnold, Directrice de la WebTV Orange, « cela ne signifie pas que l’un va tuer l’autre mais l’un remplace l’autre en tout cas en matière de standard de communication ». Chantale Petrachi, Directrice de la communication BPCE ajoute : « la vidéo c’est un mode de traitement de l’information qui est particulièrement utile pour faire passer un message. Nous ce qui nous plait dans la vidéo c’est la dimension proximité, chaleur humaine, incarnation de la personne ». (2)

Qui dit vidéo … dit efficacité marketing !

En 2014, ComScore et Shutterstock se sont associés pour réunir les chiffres clés des avantages de la vidéo. Les exemples de la suprématie de ce support sont ainsi nombreux. A titre d’illustration, ajouter un lien vidéo dans un email augmenterait de 96% la probabilité que celui-ci soit lu. De la même manière, lorsqu’un internaute recherche des informations sur une personnalité sur Internet, il y a deux fois plus de chances pour qu’il préfère cliquer sur une vidéo que sur des contenus écrits. D’ailleurs, il n’est pas anodin d’observer que les dépenses en vidéos publicitaires ont doublé ces deux dernières années. (3) Des start up se lancent donc sur ce créneau, à l’image d’Explee, qui édite une application web permettant de créer des vidéos d’animation à but pédagogique. Le service existe depuis un an et regroupe déjà plus de 25 000 utilisateurs. (4)

Shutterstock

Le boom de la vidéo « en direct »

S’il est vrai que 36% des vidéos regardées sur internet sont des publicités (3), quels sont les autres contenus plébiscités par les internautes ? Selon une étude de l’institut CSA pour Dailymotion, les programmes « live » ont la côte puisqu’un Français sur deux a déjà regardé ce type de contenu sur internet. Evidemment, un effet générationnel est à noter car 68% des 15-17 ans et 73% des 18-24 ans ont déjà visionné une vidéo en direct sur internet contre seulement 25% des plus de 65 ans. En haut du classement des contenus les plus visionnés « en live », ce sont les évènements sportifs qui tiennent la tête (49%), suivi par les évènements musicaux (38%), les spectacles humoristiques (29%) et les évènements politiques (24%). (5)

Un engouement féminin pour les vidéos ?

« S’il n’y a pas d’effet « genre » sur la consommation media, pas de différence en soi entre les comportements des hommes et des femmes face aux medias » explique Philippe Tassi, Directeur général adjoint de Médiamétrie, (7) on peut tout de même constater que la population féminine semble davantage emballées par le visionnage de vidéos sur Internet, en tout cas sur certaines thématiques. En effet, il suffit d’examiner la répartition homme/femmes des audiences des sites spécialistes pour se rendre compte de cette tendance. Si les audiences du leader généraliste sont relativement équilibrées : Youtube (Homme 51,9% – Femme 48,1%), un décalage se constate du côté de Google vidéo dont l’audience est radicalement plus féminine (Homme 43% – Femme 57%). Mais ce sont plus particulièrement les sites TV de replay qui sont largement appréciées des femmes : sur 6play, elles représentent 57,4% de l’audience, sur MyTF1 52,5% et sur Pluzz 54,6%. Dans cette branche spécifique, seul le site My Canal fait figure d’exception avec une audience largement masculine à 62,4%, que l’on peut hypothétiquement attribuer aux contenus sportifs (voire très footballistiques).

6play

Mais si ces chiffres concernent des thématiques précises, d’autres données de Médiamétrie vont dans le sens d’une plus grande proximité des femmes (et notamment des 25-49 ans) avec les contenus vidéo. Ainsi, 81% d’entre elles ont regardé au moins une vidéo en septembre 2014 contre 77% en moyenne pour l’ensemble des internautes sur la même période. Par ailleurs, chacune d’entre elles a passé en moyenne 3 heures et 51 minutes à regarder des vidéos, soit près de 11 minutes de plus que la moyenne des vidéonautes. (6) Une opportunité indéniable pour les marques qui souhaitent communiquer auprès des femmes.

Marion Braizaz

Sources :

(1) http://www.blogdumoderateur.com/chiffres-internet/
(2) Enquête Eco – 2015 http://suite-communication.com/2012/01/05/la-video-supplantera-t-elle-les-autres-supports-de-communication/
(3) http://www.blogdumoderateur.com/shutterstock-video-internet/
(4) http://frenchweb.fr/la-start-up-du-jour-explee-veut-dynamiser-les-supports-de-communication-par-la-video/176955#m5JpRl0o0wKAMP55.99
(5) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/09/26/97001-20140926FILWWW00026-internet-1-francais-sur-2-regarde-des-directs.php
(6) Médiamétrie/Netratings, Septembre 2014
(7) http://www.audiencelemag.com/?article=69
(8) Source : Médiamétrie / Médiamétrie NetRatings – Internet global 3 écrans – Janvier 2015 – composition audience – YouTube(B) – Google Video channel – déduplication desktop, mobile, tablette – Médiamétrie / Médiamétrie NetRatings – Internet fixe – Mars 2015 – mycanal.fr (D) – 6play(B) – MYTF1(B) – pluzzfrancetv.fr (S)

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>