Les français et la cuisine / Infographie

Womenology, laboratoire européen dédié au marketing to women, publie les résultats d’une gender study exclusive sur l’alimentation des français.
Cette étude a été menée sur le site Marmiton, n°1 des sites Cuisine en France, auprès de 16 000 répondants en février et mars 2012.
Womenology met en scène les principaux résultats de cette enquête on-line à travers une infographie exclusive.

Infographie cusine Marmiton

Focus sur les principaux résultats

En 2012, la cuisine apparaît comme tendance aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Mais au fond, qu’est-ce qui a changé ? Clichés intemporels ou vrais changements, la grande enquête menée par Womenology auprès de passionnés de cuisine aide à mieux appréhender l’univers de la cuisine et de l’alimentation des français.

Des clichés qui…peuvent se vérifier

Dans le couple, ce sont plus souvent les femmes qui cuisinent : VRAI (42% pour les femmes contre 34% pour les hommes).
Les hommes préfèrent préparer les plats salés ? VRAI (43% contre 23% chez les femmes)
Est-ce parce que c’est plus masculin… ou parce qu’ils ne sont pas suffisamment minutieux pour la pâtisserie ?
Les femmes ont leurs classiques, les hommes osent davantage : VRAI (44% des hommes disent ne pas aimer la monotonie contre 38% des femmes). Est-ce parce qu’ils cuisinent plus rarement alors que les femmes gèrent le quotidien ?
Les hommes consomment plus souvent de l’alcool : VRAI (32% des hommes en consomment régulièrement contre 16% des femmes)

Des clichés qui…méritent d’être écartés

Les jeunes cuisinent moins : FAUX, les plus grands utilisateurs de Marmiton ont entre 25 et 34 ans (c’est particulièrement vrai chez les hommes)
L’homme a une approche plus cartésienne de la cuisine : FAUX (là où les femmes vont privilégier le fait de faire sain à 77% (vs. 69% des hommes) et d’optimiser de son budget à 76% (vs. 64% des hommes), 56% des hommes vont privilégier la création et l’innovation (vs. 47% des femmes).

Différences hommes/femmes en termes de comportements

Les hommes font moins attention aux prix (86% des hommes vs. 93% des femmes). Est-ce parce qu’ils font les courses moins souvent ?
Les femmes sont plus attentives aux bénéfices nutritionnels (68% vs. 57% pour les hommes) … et aux conseils pratiques pour mieux utiliser les produits (70% vs. 66% des hommes).
Mais surtout une forte montée en puissance des exigences en termes de composition des produits (plus naturels, moins chimiques), c’est désormais la première attente vis-à-vis des marques.

Différences hommes/femmes en cuisine

Les hommes considèrent plus la cuisine comme un loisir créatif (80% vs. 74 des femmes).
Les femmes manquent d’idées et de temps pour varier leur cuisine (les hommes disent manquer d’expérience et de technique).
Les hommes aimeraient progresser dans la confection des sauces et des plats exotiques, alors que les femmes préfèrent s’améliorer en pâtisserie ou dans la préparation des légumes.
L’éducation alimentaire des enfants est le pré carré des mamans (57% des femmes vs. 49% des hommes).
Les hommes s’intéressent moins aux régimes que les femmes (62% v. 50%), ce qui n’est pas une grande surprise.
Les hommes utilisent moins les surgelés et les conserves. Est-ce parce qu’ils cuisinent plus de manière exceptionnelle, en prenant leur temps ?

Différences hommes / femmes : le top de leurs produits préférés

Les femmes comme les hommes préfèrent la fraise. Les femmes sont plus « fruits rouges » : framboise, cerise, alors que les hommes vont privilégier des fruits plus roboratifs comme la pomme ou la banane.
La tomate a la préférence côté légumes (même si c’est le seul légume qui en fait est un fruit !). Courgette et carotte sont ensuite les plus appréciés des femmes, alors que les hommes préfèrent les féculents et les champignons.
Pour les viandes, le bœuf reste en tête. Le poulet a la cote auprès des femmes, alors que les hommes préfèrent l’agneau.
Le poisson met tout le monde d’accord avec un trio gagnant identique pour hommes et femmes : saumon, bar, cabillaud.
Quant au fromage, il fait lui aussi consensus avec un plébiscite pour le fromage de chèvre, suivi du Comté, du Camembert et du Roquefort.
En termes de boissons chaudes, les femmes préfèrent le thé alors que les hommes préfèrent de loin le café.
Les hommes privilégient le vin rouge (25%) et les femmes le champagne (16%), même si la réponse qui domine chez elles est… la non consommation d’alcool (17%).

Sources d’inspiration

Le TOP4 des sources d’inspiration culinaire est constitué par les sites de cuisine (100%), les livres de cuisine (94%), les proches (73%) et les magazines de cuisine (58%). Chose amusante : les hommes disent avoir moins besoin de puiser l’inspiration. On retrouve leur côté « artiste inspiré », déjà mis en avant par d’autres questions.
Les reality shows culinaires passionnent plus les femmes que les hommes, tout comme les magazines de cuisine.
36% des femmes achètent plus de 3 livres de cuisine par an. Le papier a encore de beaux jours devant lui !
Par contre, l’utilisation d’applications sur téléphone mobile ou tablette tactile est plus masculine que féminine.

Différences régionales : un autre critère de compréhension de l’alimentation des français

La région reste déterminante pour les comportements culinaires.C’est particulièrement vrai pour le fromage, qui est d’autant plus consommé qu’on est près de sa région (Comté dans l’Est, Camembert en Normandie…).

Les franciliens cuisinent moins souvent (43% cuisinent tous les jours, contre 55% dans l’Est) et moins longtemps ! (36% seulement cuisinent plus de 30 minutes, contre 45% dans le Centre, le Sud et l’Est).
C’est aussi en Ile-de-France que l’on s’intéresse le plus aux cuisines du monde (la cuisine asiatique intéresse 66% en IdF et dans le Sud, contre 57% dans le Nord, la cuisine indienne 59% des franciliens contre 48% des habitants du Centre).
La décoration de table intéresse moins les franciliens (42% contre 46 à 50% ailleurs). Trop pressés, les parisiens ?
La préférence pour les produits de saison est particulièrement forte au Sud (85% mettent en avant ce critère) plutôt qu’en IdF et au Nord (78% dans les deux cas).
Et bien sûr, les surgelés sont surconsommés en Ile-de-France ! (31% les utilisent « très souvent », contre 26% ailleurs)
Côté consommation d’alcool, c’est le Nord qui a la palme du plus grand nombre de non-buveurs… alors que c’est en Ile-de-France que l’on en boit le plus régulièrement (18% des répondants).
Les blogs de cuisine sont plus fréquentés en Ile-de-France (41% disent les consulter) et dans l’Est (38%).

Différences socio-démographiques et alimentation

Plus ça va, plus on cuisine : 40% des 18-24 ans cuisinent tous les jours, 60% des 35-49 ans, 80% des +de 65 ans.
Mais quand on est jeune, la cuisine est une vraie passion (pour 74% des – de 18 ans, 53% des 18-24 ans).
Autre chose qui change avec le temps : le goût pour les desserts, qui ont la préférence des plus jeunes (55% chez les –de 18 ans contre 3% des +de 65 ans), alors que les plats salés sont de plus en plus appréciés avec l’âge (44% chez les +de 65 ans vs. 4% chez les –de 18 ans).
Côté vins, les plus jeunes préfèrent le blanc, alors que la préférence pour le vin rouge croît avec l’âge.
Terminons sur une note de nostalgie : on pourrait croire que les plus âgés sont les plus attachés aux marques de leur enfance… Mais ce sont les –de 18 ans qui privilégient les marques de leur enfance contre 27% des +de 65 ans ; les marques de leur enfance ayant certainement disparu pour la plupart. Pour le savoir, rendez-vous pour notre prochaine enquête.

Enquête « Vous et la Cuisine »
Enquête en ligne sur le site marmiton.org – 15 912 répondants
Date du terrain : Du 14 février au 31 mars 2012

2 commentaires

2 réponses à Les français et la cuisine / Infographie

  1. Adolphe Lydia dit :

    j’aime tous ce que vous faites

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>