Archives de catégorie : Rencontres du Gender Marketing

« Toutes les études prouvent que les actions en faveur de l’égalité professionnelle renforcent la performance d’une entreprise »


Isabella Lenarduzzi

Isabella Lenarduzzi

Rencontre avec Isabella Lenarduzzi, fondatrice de JUMP.

Racontez nous votre parcours, comment vous êtes vous orientée vers l’égalité en entreprise ?

J’ai toujours été féministe mais étant jeune, je pensais que c’était un combat “pour les autres” c’est à dire pour celles venant de cultures moins égalitaires. C’est comme cela que j’ai milité pour tous les droits des femmes et créé en 1986, l’association « la voix des femmes » qui était la première association fondée par des jeunes femmes issues de l’immigration pour leurs consœurs. Ma première confrontation avec mon statut de femme discriminée en entreprise, fut lors des 3 ans du « earn out period » que j’ai vécu entre 1991 et 1994 lors de la vente de mes premières sociétés à une multinationale. Tous les personnes du CA étaient des hommes avec environ 20 ans de plus que moi. J’ai mis du temps à réaliser qu’ils me considéraient comme l’assistante de mes deux associés (hommes) et non comme une des fondatrices et pilier de notre succès. Je me suis retrouvée dans une position où je devais légitimer tous les jours ma place et défendre ma position. C’est à ce moment-là aussi que j’ai découvert que je m’étais construite professionnellement comme un homme afin de ressembler le plus possible au modèle que mes associés (tous masculins) considéraient comme efficace.

Révolution digitale pour la VAD : 3 Suisses choisit l’humour !


3 suissesEngagée depuis 1999, avec notamment la rénovation de son site internet, la stratégie digitale de la marque 3 Suisses, n’a eu de cesse de s’intensifier depuis 2010. En perte de vitesse depuis une dizaine d’années, ce géant de la VAD a du repenser dans sa globalité son identité de marque mais également ses canaux de distribution et de communication. Difficile fut la révolution numérique et en 2014, 3 Suisses annonce un nouveau plan de relance à 2 ans pour booster ses ventes. Retour sur la mutation de cette marque qui n’a pas hésiter à se réinventer.

« Il ne faut pas fantasmer le marketing gay au risque de faire de la caricature »


Rencontre avec Yohan Gicquel, auteur de l’ouvrage Le marketing gay, publié en 2007.

Quelle est l’histoire du marketing gay ? Depuis quand existe-t-il ? 

De façon générale, le marketing gay est un mouvement qui est très lié aux contestations de la fin des années 60. La source vient de là. En France, le premier mouvement date de 71 mais à cette époque l’homosexualité n’est pas encore légalisée. Aux États-Unis, il y a eu exactement la même dynamique notamment dans l’Etat New-Yorkais où l’homosexualité se démocratise beaucoup plus rapidement. En France, il faudra attendre plus longtemps notamment l’arrivée de François Mitterrand au pouvoir avec une législation et un débat sur l’homosexualité en France, qui va modifier la donne. Mais le marketing gay a été très peu étudié en France, à ma connaissance, il n’y a même pas de thèse sur le sujet. Ce qui est intéressant c’est que la communauté homosexuelle avait déjà utilisé les ressorts du marketing – avant même que les marques ne le fassent – avec des médias communautaires, des évènements dédiés, des fascicules, etc. La communication « gay » va d’abord être interne à la communauté parisienne, puis, il va falloir attendre le début des années 90 pour voir apparaître véritablement une manifestation du marketing gay en France, et principalement à Paris.

Thierry Mugler Parfums s’attaque au top 10 du marché français


Les parfums Thierry Mugler continuent d’écrire leur histoire en sortant pour ce printemps 2014 une 4e version de leur fragrance culte, Alien. Une Eau Extraordinaire plus légère et solaire, idéale pour l’été, dont l’ambition est clairement affichée : rebooster la licence Alien, et installer durablement la marque Mugler dans le top 10 des parfums sur le marché français. Rencontre avec Philippe Perrin, Directeur Général de Clarins Fragrance Group France, qui partage avec nous la stratégie d’une maison qui a toujours voulu se démarquer.

Quelle est la place occupée par les parfums Mugler sur le marché français aujourd’hui ?

Notre stratégie marketing a toujours été de « fidéliser » ad vitam aeternam 2% des femmes françaises, ce qui est à peu près le taux de pénétration de la marque Mugler sur le marché français, plutôt que d’en toucher 10% qui nous abandonnerons régulièrement au profit d’une autre marque. Grâce à un parti pris affirmé par la marque depuis toujours – développer des jus et des parfums avec une forte personnalité et affirmation – nous poursuivons notre logique de pérennité et de grande stabilité sur le marché. Résultat : depuis 15 ans, Angel fait partie des 5 premières fragrances vendues sur le marché français. Alien tape à la porte du top 10, en étant aujourd’hui n°12. La conjonction de ces différentes lignes fait de Mugler la 6e marque de parfum féminin vendue sur le marché français.

Il faut (surfer) pour être belle


En novembre 2013, GMC Factory, régie publicitaire du groupe Marie Claire, en partenariat avec l’institut d’étude The Links publiait le deuxième volet de sa Beauty Factory avec pour thème les « parcours d’achat des beauty shoppeuses ».

Développant une méthodologie inédite, de l’acte d’achat au déclencheur, cette étude a décrypté le parcours réel de femmes acheteuses de produits de beauté : projection, information, visite, concrétisation. (1)

Une méthode d’enquête rétroactive

S’intéressant aux motivations des consommatrices et aux déclencheurs de leur parcours d’achat, l’étude « Des magazines aux magasins » a choisi de mettre en œuvre une enquête permettant de reconstruire le parcours d’achat d’un nouveau produit de beauté. Combinées aux données statistiques sur les comportements de consommation des femmes, ces données brutes sont indispensables pour comprendre l’expérience des shoppeuses dans leur point de vente et les influences avant de rentrer en magasin.

Les questions posées aux femmes ont porté sur un achat réel et récent (au cours des 3 derniers mois) d’un nouveau produit de beauté, sur 3 segments de produits : soins du visage, produits de maquillage et parfums. Deux échantillons ont été interrogés : les femmes françaises (25-54 ans) comparées aux lectrices des titres du Groupe Marie Claire (femmes 25-54 ans).

Le secteur du luxe : le rêve n’a pas de frontières


« Il ne faut pas se voiler la face, » explique Isabelle Mical, Responsable des relations publiques internationales de Coty Prestige, « communiquer avec les mêmes messages dans le monde entier est une nécessité, surtout dans l’univers du luxe. Sinon, on tombe rapidement dans une certaine cacophonie. » (1) Comment les marques de luxe communiquent-elles à l’international ? Quelles difficultés rencontrent-elles ? Comment cibler les différentes populations féminines à travers le monde ?

Pour nous éclairer sur ce sujet, rencontre avec Elodie De Boissieu, Directrice de l’Ecole Internationale du Marketing du Luxe à Paris.

Les rencontres du Gender Marketing : Thierry Simon


Thierry Simon

Rencontre avec Thierry Simon, Directeur Général, Le Bourget

Quel est le positionnement de la marque Le Bourget ? 

Le Bourget propose des produits chaussants,  qui sont de véritables accessoires de mode. Nos produits permettent à nos clientes de construire leur silhouette avec audace et d’exprimer leur personnalité. Le collant Le Bourget est conçu comme un accessoire de prêt-à-porter au service des femmes. Nos encrages et nos principes reposent sur des valeurs fortes : créativité, audace, impertinence, qualité, rapport qualité/prix.

Le profil de notre clientèle est large car nous savons répondre aux attentes de toutes les femmes. Les passionnées de mode vont, par exemple, privilégier la collection « All Colors » pour trouver le coloris exact coordonné à leur silhouette. Nous nous adressons également aux femmes recherchant des produits glamour et sexy, en quête d’une féminité absolue… Les femmes, qui ont des attentes plus traditionnelles (technicité, confort, solidité, résistance) se retrouvent également dans les produits Le Bourget.

Les rencontres du Gender Marketing : Corinne Rochette


Le Mercator définit le marketing relationnel comme une « politique et (des) outils destinés à établir des relations individualisées et interactives avec les clients, en vue de créer et d’entretenir chez eux des attitudes positives et durables à l’égard d’une entreprise ou d’une marque déterminées. » (1)

De son côté, Patrick Hetzel, Professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas, insiste sur la nouvelle transparence que cette stratégie développe entre les marques et les consommateurs : « Les approches relationnelles amènent les « marketers » à envisager la relation au client au travers de questions simples : quelle est notre utilité pour les consommateurs ? Qu’attendent-ils de notre entreprise ? Comment pouvons-nous créer de la valeur pour eux et pour l’entreprise ? Comment inscrire notre démarche dans un projet à long terme ? Ce que le marketing relationnel a apporté est avant tout la nécessité de prendre le client au sérieux et de développer avec lui une relation transparente fondée sur la confiance. » (2)

Pour en savoir plus sur cette thématique, rencontre avec Corinne Rochette, Maître de conférence au Centre de Recherche Clermontois en Gestion et Management.

Les rencontres du Gender Marketing : Véronique Gohmann, Yves Rocher


Véronique Gohmann

Rencontre avec Véronique Gohmann, Directrice internationale marketing et communication chez Yves Rocher

Quel est le positionnement de la Marque Yves Rocher ?

Yves Rocher est le créateur de la Cosmétique Végétale® ; en effet, nous maîtrisons parfaitement le végétal selon des guidelines qui sont extrêmement précises : de la création de l’actif qui vient du vivant de la plante jusqu’au vivant de la peau des femmes. Ces parti-pris et principes nous guident depuis maintenant plus de 50 ans : nous nous engageons à formuler tous nos produits à partir du végétal naturellement assimilable par la peau. Nous avons une palette de plus de 1000 références de produits avec des axes stratégiques prioritaires : le soin, le maquillage et le parfum. Nous sommes également très présents dans les produits d’hygiène, du corps et des soins capillaires inspirés par la Cosmétique Végétale®.

La Marque Yves Rocher est une marque leader sur son marché d’origine (marque N°1 en France en soins/hygiène beauté en volume et valeur*) avec un portefeuille de produits très important. Nous avons aujourd’hui près de 8 millions de clientes en France de tout âge, de tous les types de peau (de la peau sèche à la peau grasse) et de toute couleur. Par ailleurs, nous sommes présents dans plus de 80 pays dans le monde et sommes également à l’affût de tout ce que les femmes de toutes les nationalités veulent et nourrissent comme désirs de beauté. Pour information, la 4ème population mondiale est la population des migrants. Cette population concerne, bien évidemment, les femmes qui se déplacent d’un territoire à un autre et ont besoin de leurs produits spécifiques : l’internationalisation est partout !

Les rencontres du Gender Marketing : Agnès Scamps


Rencontre avec Agnès SCAMPS, Directrice Marketing et Stratégie du Groupe Primavista, spécialiste de la photographie, du marketing direct et du e-commerce sur le secteur de la maternité et de la parenté.

Ces dernières années, les mamans ont-elles changé dans leur manière de consommer ?

Les mamans sont de plus en plus attentives à la qualité des produits qu’elles consomment pour leur famille, elles utilisent les réseaux sociaux pour obtenir des informations de leurs pairs sur les produits et se renseignent beaucoup plus en amont avant de se lancer dans l’acte d’achat. Les jeunes mamans surconsomment également de plus en plus des marques nationales, elles veulent offrir le meilleur pour leur bébé et veulent se faire plaisir, quitte à mettre plus de budget qu’avant dans la part globale de leur dépense. La consommation enfants / famille devient une vraie priorité. Les femmes sont très déterminées quant au choix de produits pour leur bébé, seulement 5% choisissent aussi bien un produit de marque distributeur qu’un produit de marque nationale. Les femmes enceintes préfèrent les produits de distributeur, alors que les femmes avec enfants ont une prédilection pour les produits de marque. (1)