La vague Green déferle sur la FranceGreen wave has surged in France

Plus d’une française sur trois consomme des cosmétiques bio. A la fois respectueux de la santé et de l’environnement, ces produits deviennent les nouveaux grands incontournables de nos rayons. Retour sur un marché en pleine explosion.

Sans substances nocives

la tendance bioConcentré en ingrédients d’origine naturelle, sans parfums, sans colorants et sans conservateurs, un cosmétique bio s’interdit aussi bon nombre de produits jugés nocifs pour la santé comme le paraben ou le phénoxyéthanol. La certification « bio » garantit des produits de qualité biologique, sans OGM ni traitement chimique mais aussi des procédés de fabrication respectueux de l’environnement. Enfin, ces produits ne sont pas testés sur les animaux. Des arguments qui ont su conquérir un consommateur toujours plus vigilant de la qualité des produits et désireux d’accomplir un geste écologique par la même occasion.

More than one in three French women uses organic cosmetics. At the same time as being friendly to both your health and the environment, these trendy products are also easily found in store. Let’s have a look at this fast-developing market.

 

Without toxic chemical.

green trendConcentrated with natural ingredients, without dye, conservative and perfume, an organic cosmetic nor is there any more substances that are proven to be detrimental to health like paraben or phenoxyethanol. The organic certification guarantees the organic quality of products, GM-free and without chemical treatment, but also they were manufactured in accordance with ecological criteria. Moreover, these products are not tested on animals. These arguments have been able to attract a consumer more in more vigilant about product quality and who both wants to do a good environmental choice.

 

Un marché en pleine explosion

La France se positionne comme le deuxième marché européen des produits biologiques et naturels, juste derrière l’Allemagne. Depuis quelques années, les produits de beauté bio se sont ainsi faits une place dans nos étales, au point même de concurrencer les gammes traditionnelles.

L’étude du cabinet Deloitte de janvier 2012 consacrée aux produits de beauté bio atteste d’un véritable dynamisme du secteur. Depuis 2005, le marché des produits de beauté bio et naturels a enregistré une croissance de 25%, pour peser plus de 350 millions d’euros en 2011.

Selon cette étude, il ne s’agirait pas d’un effet de mode mais bien d’une tendance de fond. En cinq ans, le marché a su se développer par l’intérêt de nouveaux consommateurs et l’arrivée de nouvelles marques bio allant de pair avec des marques plus conventionnelles, qui proposent elles aussi des gammes bio. Le marché devrait atteindre les 500 millions d’euros en 2015 avec une croissance dépassant les 10% par an.

L’étude distingue deux types de consommateurs :
– les « vert foncé » : des bio-consommateurs de longue date, engagés, éduqués et en quête de produits de qualité par méfiance envers les produits traditionnels.
– les « vert clair » : une nouvelle catégorie d’individus pas forcément éduqués au bio mais soucieux du prix, du confort et de l’efficacité promise par le produit.

Les femmes conquises par le vert

Une crème bioUne Française sur trois utilise des cosmétiques bio selon les chiffres de Cegma Topo pour Cosmetiquemag. 88,4% de celles interrogées disent être susceptibles d’acheter un ou plusieurs cosmétiques de cette catégorie à l’avenir. Et la satisfaction répond à l’appel puisque seul 6,8% des femmes qui en ont acheté ne renouvelleront pas leur achat.

Le succès du secteur s’explique aussi par l’attractivité des prix. Les marques de cosmétique bio se sont multipliées. Aux côtés des marques historiques comme Weleda et Dr Hauschka, les grandes marques ont elles aussi lancé leur gamme. C’est le cas des marques nationales comme Ushuaia Bio, Narta Bio, Mixa Bio, Diadermine Bio mais aussi des grandes et moyennes surfaces avec Monoprix Bio, Carrefour Agir Bio ou encore Leader Price Bio.

Autre indicateur de l’intérêt pour ce marché: l’évènement international en preparation. Londres accueillera en 2013 « The Organic & natural beauty show », le premier salon mondial consacré aux cosmétiques bio.

Les femmes plus attentives à leur santé

Comme le marché des cosmétiques en général, celui du bio reste essentiellement féminin. Les produits spécifiques aux hommes représentent environ 5% de l’ensemble.

L’intérêt très marqué des femmes pour la beauté bio se retrouve, plus généralement, pour la préoccupation qu’elle manifeste en général pour leur santé.

Une étude réalisée par Viavoice pour Groupe Pasteur Mutualité en avril 2012 révèle que les femmes sont plus attentives à leur santé que les hommes. Parmi les 68% de Français se disant préoccupés par leur santé, les femmes le sont à hauteur de 73%, contre 64% des hommes. 27% d’entre elles se disent même « très préoccupées ».

Sabrina Bouarour.

Source : sondage Viavoice pour Groupe Pasteur Mutualité réalisé par téléphone les 5-6 et 12-13 avril 2012 auprès d’un échantillon de 1010 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus et d’un second de 1058 personnes, représentatif de la population féminine française âgée de 18 ans et plus.

A fast-developing market

France is the second organic European market, behind Germany. For some years, organic cosmetics have been widely available in retail shops to the point of competing traditional ranges.

Business advisory firm Deloitte designed a study in January 2012 dedicated to organic beauty products that demonstrates this sector dynamism. Since 2005, the organic beauty and natural products market has increased by 25%, for climbing more than 350 millions euros in 2011.

To Deloitte, it’s not a temporary phenomenon but a long-term trend. In five years, the market has grown with the interest of new consumers and new organic brands,  in tandem with more conventional brands which decided to propose organic product ranges. This market should amount up to 500 millions euros in 2015 by growing at an annual rate of 10%.

The study allows distinguishing two patterns of consumers:

– the “dark green people” : organic consumers for long time, engaged, educated and who are searching for quality products by the suspicion of traditional products.

-the “light green people”: a new group clients not necessarily educated to organic consumption but price-sensitive and concerned by the comfort and  product’s efficiency.

 

Women are convinced

bio cosmeticsOne French woman to three uses bio cosmetics according to the Cegma Topo’s data for the magazine Cosmetiquemag in 2011. 88.4% of the women interviewed may buy one or many products in this category in the future. And they are satisfied: only 6.8% of the women who bought one won’t buy it again.

The success of this industry is driven by the attractiveness of the prices. Organic cosmetics brands have increased considerably. Alongside historic brands like Weleda or Dr Hauschka, the leading cosmetic brands have also launched their own range of products. It is the case of national brands like Ushuaia Bio, Narta Bio, Mixa Bio, Diadermine Bio but also French supermarkets like Monoprix Bio, Carrefour Agir Bio or Leader Price Bio.

A good indicator of the interest for this emerging market is the international event in preparation. London will welcome in 2013 Organic & Natural Beauty Show, the first exhibition for natural, organic, fairtrade, and eco-friendly beauty products and nutritional supplements from around the world.

 

Women are more aware of wealth

 

Like the market of cosmetic products, the one of organic products is mainly female-predominant. The products specific to men account for 5% of  (de l’ensemble ). Women’s interest for organic beauty can be linked with the fact they feel very concerned by their personal health and safety.

A survey made by Viavoice for Groupe Pasteur Mutualité in April 2012 reveals women pay more attention to their health than men. Among the 68% of French people who claim to be concerned by their health, women are 73%, against 64% of men. 27% even say they are « very concerned ».

 

Sabrina Bouarour.

Survey by Viavoice for Groupe Pasteur Mutualité in April 2012 made by phone the 5-6Th and 12-13Th April of 2012 with a sample of 1010 people, representative of French population of 18 years old and more, and with a second of 1058 people, representative of French women population with the same age.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>