Archives par mot-clef : médias

La culture : un espace de liberté ou de réinvention des pratiques genrées ?


Dans notre société, le monde de la culture est souvent pensé comme un lieu d’autonomie et d’individualisation où chacun est libre de suivre ses goûts personnels et aspirations. Pourtant les enquêtes statistiques menées par le Ministère de la Culture depuis une trentaine d’années relèvent combien les questions de genre orientent les pratiques culturelles des individus. D’ailleurs, on assiste même actuellement en 2015 à un renforcement des clivages de genre en ce qui concerne les loisirs des enfants et adolescents. Dans le cadre d’une conférence donnée au Campus Condorcet à Paris en juin 2015, la sociologue et professeure des universités Marie Buscatto, a réalisé un état des lieux très riche autour de ces questionnements de genre. (1) Retour sur les points clés de sa communication.

Culture et Genre

Pourquoi la politique n’aime-t-elle pas les femmes ?


femmes et politique« C’est un Terminator de charme, une sirène séduisante dont il faut s’éloigner au plus vite, une espèce d’Attila souriant », difficile de croire qu’il s’agit là du portrait d’une ministre que dresse l’intellectuel Jean d’Ormesson dans une tribune pour Le Figaro. (1) Alors que l’égalité irrigue de plus en plus les programmes politiques, les critiques « sexistes » à l’égard des femmes du gouvernement français ponctuent encore le quotidien médiatique.

Le changement c’est maintenant… mais c’est lent

En 2015, 75% des Français estiment qu’il n’y a pas de différence entre les femmes politiques et leurs homologues masculins révèle un sondage IFOP. 18% déclarent même que ces premières feraient mieux. Evolution remarquable, les hommes sont d’ailleurs 16% (6 points en hausse) à partager cet avis sur la plus grande capacité des femmes. (2) Même constat du côté des femmes politiques préférées : le trio de tête est tout en hétérogénéité (Christine Lagarde, puis Marine Le Pen et Ségolène Royal) et met en exergue « un signe de maturité de l’opinion », analyse Nathalie Loiseau, patronne de l’ENA, « car c’est bien le fond de leur discours et de leurs valeurs qui prête à débat pas leur genre ».

Il était une fois… le genre dans les dessins animés


Rencontre avec Mélanie Lallet, auteure de l’ouvrage Il était une fois… le genre. Le féminin dans les séries animées françaises

Les médias sont souvent les premiers boucs émissaires quand il s’agit de dénoncer la persistance des stéréotypes, notamment de genre, dans notre société, quel est votre avis ?

À chaque fois qu’un nouveau média fait son apparition, il suscite de vives inquiétudes quant à ses potentiels effets. Ceci est d’autant plus vrai que les publics auxquels il s’adresse sont jugés vulnérables, à l’image des enfants, longtemps considérés comme les cibles passives du marketing et que l’on imagine particulièrement perméables aux stéréotypes.

 La télévision et les écrans ont ainsi été crédités d’une influence considérable, parfois de façon relativement simpliste. Dans les années quatre-vingt, certains travaux féministes ont développé une conception très dure de l’incorporation des normes de genre dans l’enfance et du rôle des médias dans ce processus. Je pense pour ma part que l’expérience médiatique des plus jeunes prend sens dans un contexte social qui dépasse très largement le moment du visionnage, comme le montrent très bien les travaux de Dominique Pasquier sur la série Hélène et les Garçons. Par ailleurs, les médias ne sont pas le seul vecteur de stéréotypes et ne peuvent expliquer à eux seuls tous les maux de la société. Comme l’ensemble de notre culture, ceux-ci ont connu bien des transformations et ne sont pas condamnés à reconduire indéfiniment les mêmes stéréotypes. Cela ne veut pas dire qu’il faille abandonner toute ambition critique, mais une critique nuancée, qui puisse saisir les évolutions tout en soulignant le chemin qui reste à parcourir.

Les femmes sont plus nombreuses à utiliser plusieurs médias en même temps, selon DeloitteMore women than men use multiple media simultaneously, according to Deloitte


Le cabinet de conseil Deloitte a conçu en 2010 une étude intitulée « State of the Media Democracy ». A l’occasion du programme « Women in Media », Deloitte diffuse un résumé de ses conclusions sur les femmes : elles seraient, bien plus que les hommes, adeptes du multi tasking en matière de médias.

Source : Offre média.

« Les femmes sont capables de faire plusieurs choses en même temps, contrairement aux hommes » : la rengaine féministe a tout de même du vrai en matière de médias, selon Deloitte. Si la télévision et la presse magazine sont les deux médias qui influencent le plus les décisions d’achat des femmes, il est rare que les femmes les consultent avec une attention pleine et entière : bien plus que les hommes, elles aiment utiliser plusieurs médias en même temps.Business advisory firm Deloitte designed a study in 2010, entitled « State of
the Media Democracy ». For the Women in Media initiative, Deloitte revealed a summary of its conclusions about women: when it comes to media, they are more skilled at multitasking than men are.

Source : Offre média.

« Unlike men, women are more capable of doing several things at once »: the age-old dictum rings true for media consumption too, according to Deloitte.
While television and the press are the two media that influence women’s purchasing decisions the most, it¹s rare that women dedicate their full and entire attention to them: much more than men, they like to use several media
simultaneously.

Les Femmes de demainWomen of tomorrow


Les femmes sont manifestement le seul ensemble humain mondialement majoritaire à raisonner comme un groupe social minoritaire. De leur façon d’envisager l’avenir aux moyens communicationnels efficaces pour l’atteindre, tout est raisonnement macro-social : tout est communautaire…

Pour mener à bien son enquête « Women of tomorrow », Nielsen est parti interroger dans 20 pays, 10 émergents et 10 développés, plus de 6500 femmes, en direct, par téléphone ou via Internet, afin de mieux comprendre leur façon de se projeter dans l’avenir et les modes d’appropriation des messages qui les régissent, afin de mettre éventuellement en exergue des différences sociodémographiques.

Women are definitely the only social ensemble in the world to represent a majority of people but to act like a minority. From their ways of seeing the future to the efficient communication means to reach them, every reasoning is a macrosocietal, everything is community…

To bring this “Women of tomorrow” survey to a successful conclusion, Nielsen has asked questions to more than 6500 women, living in 20 countries, 10 emerging countries and 10 developed countries, using the internet, telephone or door-to-door to approach them. All of this to try to get a better understanding of the way women see themselves in the future, of how a message reach them, and to try to reveal some sociodemographic differences.