Archives par mot-clef : france

Et si vous voyagiez seule ?


Les femmes prennent leurs vacances en solitaire

En France, 14% des femmes sont adeptes du voyage en solo. (1) Moins nombreuses que leurs homologues italiennes (25%), ou russes (28%), elles sont tout de mêmes quelques unes à apprécier cette parenthèse solitaire. Pour quelles raisons ? Quelles sont les motivations de cette prise de distance en tête à tête avec elles-mêmes ?

Voyager seule

Les engagements associatifs : « des tremplins en faveur des femmes qu’il ne faut pas ignorer »


Engagements associatifs : différences hommes femmesRencontre avec le sociologue Jean-Michel Peter du laboratoire Cerlis, Université Paris Descartes. La sociologie de l’engagement bénévole en France est un de ses principaux thèmes de recherche.

Comment avez-vous été amené à travailler sur le sujet du bénévolat associatif ?

Initialement, je travaillais plutôt dans le domaine du loisir et du sport. Ma thèse portait ainsi sur l’autoformation et les pratiques sportives dans les temps de loisirs. J’ai ainsi étudié les apports de l’engagement sportif pour les individus. On voit bien que les gens qui s’investissent corporellement et de manière régulière dans une activité, peuvent acquérir différents types de compétences, à la fois académiques, mais également, non formelles, intuitives : apprendre à avoir confiance en soi, gérer son stress, des choses que l’on peut transférer ensuite dans sa vie professionnelle et quotidienne. Ce sont des aspects que l’on ignore et qu’on ne met pas assez en avant. Dans le domaine du sport, on s’aperçoit que la formation ne se fait pas seul, on se forme avec les autres, dans le cadre d’une association sportive. L’association devient donc un support permettant l’échange réciproque de savoirs, la communication, (…) d’ailleurs, les différences, comme les classes sociales, peuvent être ainsi gommées temporairement. Dans notre société, nous observons que les temps de loisirs se sont développés et sont d’ailleurs devenus des temps pas si futiles et pas si anodins. Et l’engagement associatif peut à ce titre être considéré comme une piste innovante de transformation de la société.

Pourquoi la politique n’aime-t-elle pas les femmes ?


femmes et politique« C’est un Terminator de charme, une sirène séduisante dont il faut s’éloigner au plus vite, une espèce d’Attila souriant », difficile de croire qu’il s’agit là du portrait d’une ministre que dresse l’intellectuel Jean d’Ormesson dans une tribune pour Le Figaro. (1) Alors que l’égalité irrigue de plus en plus les programmes politiques, les critiques « sexistes » à l’égard des femmes du gouvernement français ponctuent encore le quotidien médiatique.

Le changement c’est maintenant… mais c’est lent

En 2015, 75% des Français estiment qu’il n’y a pas de différence entre les femmes politiques et leurs homologues masculins révèle un sondage IFOP. 18% déclarent même que ces premières feraient mieux. Evolution remarquable, les hommes sont d’ailleurs 16% (6 points en hausse) à partager cet avis sur la plus grande capacité des femmes. (2) Même constat du côté des femmes politiques préférées : le trio de tête est tout en hétérogénéité (Christine Lagarde, puis Marine Le Pen et Ségolène Royal) et met en exergue « un signe de maturité de l’opinion », analyse Nathalie Loiseau, patronne de l’ENA, « car c’est bien le fond de leur discours et de leurs valeurs qui prête à débat pas leur genre ».