Archives par mot-clef : entrepreneures

« J’ai créé Biilink pour aider les femmes qui lancent leur startup à réussir »


Stéphanie Wismer Cassin

Stéphanie Wismer Cassin

Rencontre avec Stephanie Wismer-Cassin, présidente du groupe Jador et fondatrice de Biilink. Elle est entrepreneure dans l’âme depuis l’âge de 23 ans et obsédée par la responsabilité sociale du dirigeant d’entreprise.

Comment est né ce projet de créer un réseau social de startups dédié aux femmes entrepreneures ?

L’idée m’est venue le soir d’un 24 décembre. Je faisais le plein à une station-service entre Rouen et Le Havre et il y avait une femme SDF qui « faisait la manche ». Sa situation m’a touchée, et j’ai discuté avec elle… Elle avait tenté de créer une entreprise, cela n’avait pas fonctionné, au même moment elle avait divorcé et toute une spirale destructrice c’était formée autour d’elle… Moi qui avais eu la chance de créer ma propre entreprise à l’âge de 23 ans avec succès, je me suis dit : «  Dans quelle société vit-on ? Qu’est-ce que je peux faire à mon niveau pour essayer d’améliorer les choses ? »

« Je suis un ovni : femme, jeune, et métissée, c’est la totale. Mais cela m’aide plus qu’autre chose »


Maïlys Atedzoué

Maïlys Atedzoué

Rencontre avec Maïlys Atedzoué co-fondatrice de la start-up Airdoc.

Comment as-tu décidé de te lancer dans le monde de l’entrepreneuriat ?

Cela s’est fait de façon assez naturelle. Si on m’avait demandé en première année de l’Essec, « comment te projettes-tu dans quelques années ? », je pense sincèrement que j’aurais répondu par mon envie de faire un VIE, de travailler à l’étranger. Au bout du compte, j’ai participé à un programme en dernière année d’école qui chez moi a déclenché quelque chose. C’était la « création d’un produit innovant », qui aujourd’hui s’est transformé en « School Lab ». C’est une initiative géniale : faire travailler ensemble des étudiants d’école de commerce, d’école d’ingénieur et d’école de design, pour des entreprises qui allouent un budget afin de mettre en place des services ou produits innovants. C’était super de pouvoir travailler avec des jeunes qui n’ont pas le même profil ou la même approche. Pour moi, ça a été un premier déclenchement, travailler en petite équipe et se rendre compte que, quand les compétences sont complémentaires, on peut faire déjà beaucoup de choses. Et par ailleurs, je me retrouvais totalement dans cette démarche d’innovation, de « design thinking ».