Archives de catégorie : Culture féminine

« Il y a toujours tellement de jolies choses à partager ! »


Les Rencontres de l’Influence                                                           Interview de Anne-Lise, du Boudoir de Vesper

Elles sont devenues influentes sur les réseaux sociaux et leurs abonné(e)s entretiennent avec elles une relation de confiance. Qu’elles soient expertes de la beauté, de la mode, du monde culinaire, de l’univers geek ou autres, leurs conseils et bons plans sont suivis par de nombreux internautes. Pourquoi ? Car elles ont réussi à construire leur blog, leur chaîne YouTube, leur profil Instagram ou leur compte Pinterest, placés sous le signe de l’authenticité.

Rencontre avec ces nouvelles héroïnes « digitales » et plus particulièrement avec la passionnée Anne-Lise, blogueuse,  qui se confie sur son aventure avec le boudoir de Vesper.

Ces marques qui cartonnent sur les réseaux sociaux


Impossible aujourd’hui pour les marques de faire l’impasse sur la communication digitale, c’est une évidence. Mais plus qu’un vecteur incontournable, les réseaux sociaux constituent surtout un levier d’action inestimable, à l’image de l’opération virale de l’année menée par Michel et Augustin pour conquérir le PDG de Starbucks. (1) Le potentiel pouvoir des campagnes de communication sur les réseaux sociaux ne demande ainsi qu’à être déployé par des concepts créatifs. Pour ce faire, de quelles marques faut-il s’inspirer ?

tous connectés

« J’essaie de donner ce que j’aime recevoir »


Les Rencontres de l’Influence – Interview de MademoiselleBlush

MademoiselleBlush

MademoiselleBlush

Elles sont devenues influentes sur les réseaux sociaux et leurs abonné(e)s entretiennent avec elles une relation de confiance. Qu’elles soient expertes de la beauté, de la mode, du monde culinaire, de l’univers geek ou autres, leurs conseils et bons plans sont suivis par le plus grand nombre. Pourquoi ? Car elles ont réussi à construire leur blog, leur chaîne YouTube, leur profil Instagram ou leur compte Pinterest sous l’égide de l’authenticité.

Rencontre avec ces nouvelles héroïnes « digitales » et plus particulièrement avec Marion, notre Youtubeuse du jour, à l’origine de « Mademoiselle Blush », la chaîne bonne humeur d’une beauty addict!

Quelle est la singularité de votre blog ? Pour quelles raisons séduit-il vos abonné(e)s à votre avis?

J’ai commencé par un blog mais les vidéos sont devenues mon mode de communication quasi exclusif, je parlerai donc plutôt de ma chaîne YouTube. Ce qui ressort des commentaires que je reçois c’est l’idée de « fraîcheur », j’ai une bonne humeur naturelle qui semble bien passer en vidéo et je reçois tellement d’ondes positives de mes abonnées que j’en ai en stock à partager. Et puis, je fais ça pour par passion donc il faut que ça reste fun pour moi aussi.

« Je préfère centrer mes vidéos autour du partage, de la discussion »


Les Rencontres de l’Influence – Interview d’Anna HipposAndSmiles

Elles sont devenues influentes sur les réseaux sociaux et leurs abonné(e)s entretiennent avec elles une relation de confiance. Qu’elles soient expertes de la beauté, de la mode, du monde culinaire, de l’univers geek ou autres, leurs conseils et bons plans sont suivis par le plus grand nombre. Pourquoi ? Car elles ont réussi à construire leur blog, leur chaîne YouTube, leur profil Instagram ou leur compte Pinterest sous l’égide de l’authenticité. Rencontre avec ces nouvelles héroïnes « digitales » et plus particulièrement avec Anna HipposAndSmiles, youtubeuse influente, qui rassemble aujourd’hui plus de 100 000 abonnés sur sa chaîne YouTube (1)

Anna HippoAndSmiles

Anna HipposAndSmiles

« J’aime que mon blog soit un journal intime »


Les Rencontres de l’Influence – Interview de Fanny

fanny blogElles sont devenues influentes sur les réseaux sociaux et leurs abonné(e)s entretiennent avec elles une relation de confiance. Qu’elles soient expertes de la beauté, de la mode, du monde culinaire, de l’univers geek ou autres, leurs conseils et bons plans sont suivis par le plus grand nombre. Pourquoi ? Car elles ont réussi à construire leur blog, leur chaîne YouTube, leur profil Instagram ou leur compte Pinterest sous l’égide de l’authenticité. Rencontre avec ces nouvelles héroïnes « digitales » et plus particulièrement avec Fanny, qui a lancé son blog « beauté décomplexé » : « Gloss à Moelle »

Quelle est la singularité de votre blog ? Pour quelles raisons séduit-il vos abonné(e)s à votre avis ?

Sur « Gloss à Moelle », j’essaie de garder le ton humoristique et léger que j’aime tant ; ça donne à mon blog un esprit « populaire » que les lecteurs apprécient. J’aime que mon blog soit un journal intime et ne singe pas la presse féminine en adoptant un ton très professionnel : j’ai envie que mes abonnés puissent lire les avis et critiques d’une fille lambda, d’une consommatrice comme une autre.

Les marques doivent-elles être féministes ?


Photo article Marketing Feministe

Zoom sur 4 stratégies qui ont fait leurs preuves

A la question « vous considérez-vous comme féministe ? », 41% des françaises répondent par la négative. (1) Depuis son âge d’or dans les années 70, la pensée féministe a connu un déclin, tout du moins en termes d’images. Pourtant, depuis de nombreux mois, des campagnes digitales se succèdent sur la toile, optant pour un discours engagé, inspiré du féminisme. Pantene et son #ShineStrong, Procter&Gamble et son #GirlsCan, et la dernière en date, la deuxième vague de la campagne #CommeUneFille d’Always ; nombreuses sont les prises de paroles militantes des marques. Opportunisme ou véritable prise de conscience, que dévoile cette tendance de communication ?

« Les super héroïnes sont toujours des figures qui n’ont pas le physique du rôle »


Le héros était une femmeRencontre avec Gianni Haver, Professeur associé à l’Université de Lausanne, dont les sujets de recherche portent sur l’histoire sociale des médias. Ce chercheur a, par ailleurs, étudié la figure intermédiatique du Super héro via notamment un ouvrage intitulé Le héros était une femme… Le genre de l’aventure (2011).

Quel était l’objectif de ce livre collectif ?

Cet ouvrage se penchait sur l’apparition d’un nouveau modèle d’héroïcité au féminin, qui établissait une rupture avec la figure de l’héroïne classique, souvent un personnage secondaire, souvent accompagnée par un héros, à qui on ne demande pas la même attitude face à l’adversité. Ce nouveau modèle de héros féminin serait un modèle où la femme est le personnage principal en assumant la quête du héros avec un comportement adéquat, y compris l’usage de la violence, autrefois l’apanage de l’héroïcité masculine.

Super Man, Super Girl : mêmes pouvoirs mais pas le même combat !


Super GirlRencontre avec Mélanie Boissonneau, titulaire d’un Doctorat en études cinématographiques et audiovisuelles. Spécialiste de la représentation des femmes dans le cinéma, elle a notamment travaillé sur les différences entre super héros et super héroïnes.

Sur quelles thématiques se focalisent vos recherches sur les super héroïnes ?

Dans tous mes travaux, je m’interroge de manière récurrente sur la question de l’égalité hommes/femmes mais également sur les représentations des corps féminin et masculin. Quelles sont les principales différences de représentations entre les super héros et les super héroïnes ? Tout d’abord, il faut savoir que le nombre de super héroïnes est bien inférieur au nombre de super héros. C’est tout à fait flagrant. Au cinéma par exemple, entre 1968 et 2008, il y a eu 46 films de super héros, donc seulement 3 avec des super héroïnes en personnage principal, qui se sont d’ailleurs soldés par des échecs. Mise à part le nombre, la représentation est aussi différente. Lorsqu’elles ne sont pas le personnage principal, les super héroïnes sont toujours membres d’une équipe composée majoritairement d’hommes. Elles vont souvent être des personnages secondaires, comme dans Wolverine.

Super héros et Super héroïnes : sont-il égaux ?


Super HérosEn 2014, l’éditeur américain Marvel frappait un grand coup dans le monde des super héros en transformant Thor en femme. Le communiqué de presse annonçait alors : « le nouveau Thor continue la tradition des personnages féminins forts comme Captain Marvel, Storm, Black Widow et d’autres. Et ce Thor n’est pas seulement un substitut féminin. Elle est maintenant la seule Thor, et elle en est digne. » (1) Mais dans les faits, les représentations médiatiques des super héros et super héroïnes témoignent-elles d’une égalité hommes/femmes ? Cet univers, historiquement viril, qui fascine les enfants du monde entier a-t-il vraiment évolué ?

Le 7ème art est-il toujours autant « a man’s world » ?


Bechdel test« Le cinéma se présente d’emblée comme un art de masse, appelé à s’adresser au plus grand nombre : un art pour tous, et où chacun peut trouver un bonheur d’évasion » écrit le philosophe Gilles Lipovetsky. Or, cette ambition de communication de masse, à notre époque mondialisée, n’est pas toujours en faveur de contenus exempts de stéréotypes, qu’ils soient raciaux ou de genre. Effectivement, la parité dans le monde cinématographique, à la fois derrière ou devant la caméra, est encore une douce utopie. Pour preuve, le Bechdel Test, initié par l’artiste Alison Bechdel en 1985 et dont l’objectif est de mesurer la représentativité des femmes à l’écran a encore de beaux jours devant lui. Womenology s’est penché sur cette question.