Archives par mot-clef : consommation

Quel est le réseau social préféré des « digital seniors » ?


Selon une enquête nationale sur la Silver Economie menée par Afnor en 2014, un senior sur deux déclare s’intéresser de près aux évolutions du secteur des nouvelles technologies. (1) Avec l’alimentation et la santé, les nouvelles technologies font ainsi partie des domaines pour lesquels les seniors sont les plus demandeurs d’offres et de services. Mais quelles sont leurs attentes et comment les marques sont-elles en mesure de saisir cette opportunité digitale pour conquérir cette population exigeante ?

Seniors Femmes

La cuisine se la joue sans complexe !


Les grandes tendances du Cooking Lab Marmiton

Dans la cuisine des Français, l’ambiance est à la fête. Loin d’être une corvée, pour la majorité des hommes et des femmes, préparer à manger est un véritable plaisir, ou du moins c’est ce qu’ils en disent ! Selon les chiffres de l’enquête annuelle menée par le site Marmiton en 2015, il y a du monde aux fourneaux ! Beaucoup (61%) déclarent cuisiner tous les jours. (1) Pour les autres, c’est plutôt 4 à 5 fois par semaine (21%) ou 2 à 3 fois par semaine (13%). Seuls 5% des sondés ne cuisinent qu’une fois par semaine, voire moins. Et même les plus jeunes sont adeptes des plats « travaillés » puisque 47% des moins de 25 ans assurent cuisiner tous les jours. On est loin de l’image de l’étudiant accro au fast-food. 

Cooking Lab 2015

« Les produits, les lieux de vente, doivent être au service des consommateurs et pas l’inverse »


Rencontre avec Danielle Rapoport, psychosociologue de la consommation.

ConsommateursParlez-nous des micro-stress dans le cadre de la consommation ; qu’est-ce qui a motivé votre envie de travailler sur cette thématique ?

Je m’intéresse depuis longtemps aux aspects constructifs de la consommation, et au besoin des consommateurs d’être reconnus et valorisés comme des êtres humains, rationnels et émotionnels. La consommation est en soi chronophage, et vu leurs exigences, les individus ne veulent pas perdre de temps à chercher leurs produits, hésiter dans leur choix, ouvrir un emballage déficient, lire une notice incompréhensible, se battre avec une technologie et des acronymes parfois incompréhensibles. Ce qui les met aussi dans une situation de confusion, de perte de maîtrise voire de dévalorisation. Le parcours client, de l’achat à l’usage des produits, devrait être fluide, simple et si possible source de plaisir et non de contrainte ! Aux stress de la vie quotidienne ne doit pas s’ajouter ceux liés aux objets et services, dont la dépense (gestion du budget) peut être en soi  un (micro)-stress !

Dis moi quel est ton sexe, je te dirais combien tu payes


Woman TaxVocabulaire initié en 2012 par le magazine Forbes, la « Woman Tax » désigne une forme d’impôt invisible pesant sur les femmes. (1) Considérée comme une conséquence péjorative du marketing « genré », autrement dit la création de produits ciblés par sexe, la « Woman Tax » agite l’univers médiatique français depuis quelques mois. Dans l’hexagone, c’est le collectif @Georgette_Sand qui s’est insurgé début septembre 2014 via un tumblr dédié, recensant divers exemples d’inégalités tarifaires dans les produits de consommation courante. En mars 2015, le comparateur online des paniers de course Monsieur Drive a confronté les prix de 26 produits d’hygiène beauté, déclinés pour hommes et pour femmes et vendus dans près de 2200 magasins de 7 enseignes. Quels sont les résultats de cette enquête ? (2)

La taxe rose est-elle réelle ?

Il semblerait que oui, répond l’étude de Monsieur Drive. Néanmoins, la taxe rose se doit d’être relativisée.

Aspiration ou désillusion ? Zoom sur les attentes des consommatrices européennes


Portraits de Femmes - Etude  consommatricesEn mars 2015, Kantar Média TGI publie une enquête exclusive sur les comportements d’achat et le profil média des consommatrices européennes. Basée sur les réponses de 21 520 femmes en France, Allemagne, Grande-Bretagne et Espagne, cette étude décrypte les expectatives en matière de consommation et propose une typologie de 7 groupes de femmes aux portraits éclectiques. (1)

Voici venu le temps de la raison

Loin de l’idée reçue portant sur la « femme dépensière », les tendances observées par Kantar Média TGI sont marquées par un regain de pragmatisme et révèlent surtout combien le regard des consommatrices est affuté. Globalement, les budgets sont surveillés et nombreuses sont les répondantes européennes ayant diminué leur consommation loisirs. En effet, alors qu’en 2009, 24% des femmes déclaraient « manger souvent dans de bons restaurants », elles ne sont plus que 13% en 2014.

Automobile : « il n’y a pas que la beauté qui compte ! »


Enquête les femmes et l'automobileLes femmes sont en moyenne 60% à utiliser leur voiture tous les jours. (1) Représentant un segment particulièrement porteur du marché automobile, les constructeurs se sont attachés, ces dernières années, à construire une offre en adéquation avec les attentes des femmes. Mais quelles sont-elles ? Une enquête aufeminin online sur les « femmes et l’automobile » menée auprès de 447 répondantes en Suisse (Romande et Alémanique) répond à cette question.

« Un produit unisexe permettrait encore plus d’économies d’échelle pour les hommes et les femmes »


Rencontre avec le collectif Georgette Sand, à l’initiative du tumblr Woman Tax

Quelle est la genèse de votre réflexion autour de la « Woman Tax » ?

Sophie Gourion sur son blog tout à l’ego a publié le premier écrit sur le sujet en France en mai 2014, elle y cite un article de Forbes qui date de 2012 et qui état d’une étude américaine sur le sujet. Les spécialistes de marketing sont censés regarder de temps en temps les exemples et les évolutions de la législation. Aux Etats-Unis, plusieurs états ont interdit le marketing genré. 

Hommes et femmes consomment-ils encore différemment ?


Fin 2013, le Credoc a publié son enquête annuelle sur la consommation des français. (1) Quelles sont les différences dans les façons de consommer des hommes et des femmes ? Quels postes de dépenses sont encore « genrés » ? A l’heure où la recherche d’égalité irrigue tous les domaines de la vie sociale, qu’en est-il au supermarché ? Retour sur les résultats clés.

Mesdames : souriez, vous êtes ciblées par un objet connecté !


Nouveau marketing et nouvelles technologies pour les femmes : quand les objets connectés entrent dans votre quotidien pour le meilleur et pour le pire.

Si les femmes sont connectées en permanence à internet, les entreprises commencent à connecter au féminin (pinceau de maquillage relié à son téléphone et qui permet de savoir quelle quantité de poudre la femme met sur sa peau, miroir, montre, etc.). Ces objets dits connectés collectent, stockent et traitent les données pour réagir en fonction de leur environnement. Cette révolution technologique va-t-elle changer la vie des femmes ? Ou n’est-ce qu’une gigantesque couche de vernis visant ce que les objets connectés sont peut être : une arme redoutable pour collecter des informations sur les femmes et leur vendre tout et n’importe quoi ?

Marketing to women : « L’humour est important pour les femmes aussi ! »


Barbara Sohier

Rencontre avec Barbara Sohier, co-fondatrice et directrice marketing d’Evenby, et Vice-Présidente de l’Internet Managers Club.

De nos jours, qu’est-ce que les femmes attendent du marketing ?

Du marketing pas forcément grand-chose… Des marques elles attendent de l’attention et la prise en compte de leur pouvoir de décision et/ou de prescription dans les actes d’achat aussi bien pour elles-mêmes que pour leurs familles. (influence des femmes sur les achats souvent initiés par les hommes dans les foyers ou dans les achats dits du « foyer » : ex : voiture, vacances, bricolage….). Elles sont de plus en plus prescriptrices dans les achats du foyer et sont donc une cible à prendre en considération par les marques qui doivent sans cesse se renouveler et élargir le champ d’action. Les femmes ont également un besoin d’appartenance, de se sentir valorisées dans leur fidélité, dans une période de crise à la fois économique et sociale où tout le monde passe d’un écran à un autre, d’un sujet à un autre, d’une crise à l’autre, d’une vie à une autre… Donc la marque doit les rassurer, les chouchouter, les valoriser…