Les animaux de compagnie : ont-ils besoin de nous comme nous avons besoin d’eux ?

Aujourd’hui, environ 48% des foyers français possèdent un animal de compagnie relève la dernière enquête commandée par Chambre Syndicale des Fabricants d’Aliments Préparés pour Chiens, Chats, Oiseaux et autres Animaux Familiers (FACCO). On compterait ainsi plus de 63 millions de compagnons (pour 65 millions de Français), soit une population de chiens, chats, poissons et rongeurs français la plus élevée de l’Union Européenne. (1) Mais quelles relations hommes et femmes entretiennent-ils avec ces animaux qui font partie de leur quotidien ?

Animaux de compagnie

Les animaux de compagnie : les meilleurs amis des humains ?

Par le passé, le regard scientifique porté sur la relation entre les humains et les animaux reposait sur le socle de l’anthropocentrisme, c’est-à-dire une pensée philosophique privilégiant le dualisme entre nature et culture, et selon laquelle l’animal est toujours envisagé en fonction de l’intérêt qu’il peut avoir pour l’humain. Depuis la fin du XXème siècle, une nouvelle conception de la relation humains/animaux a vu le jour : le zoocentrisme. Cette pensée envisage le rapport aux animaux, perçus comme des sujets moraux, dans une logique empathique et non plus instrumentale. (2) A l’heure actuelle, ces deux sensibilités contradictoires sont toutes deux présentes dans notre société relèvent les sociologues Emmanuel Gouabault et Claudine Burton-Jeangros qui ont travaillé sur ce sujet. C’est d’ailleurs pour cette raison que les relations que les individus développent avec leurs animaux de compagnie sont souvent ambivalentes. « La domestication implique une relation de dépendance et donc de pouvoir, celle-ci étant largement contrebalancée par des discours et des situations à travers lesquels l’animal apparaît comme un alter ego » écrivent Emmanuel Gouabault et Claudine Burton-Jeangros. (2)

Chien

« Tel maitre, tel chien »

Selon une enquête récente menée en 2015 par le Women’s Garden Executive Club et Toluna auprès de plus de 3000 femmes, près de 80% des Françaises ont ou aimeraient avoir un animal domestique. (3) La raison principale évoquée est émotionnelle ; 55% des femmes cherchent en leurs animaux un compagnon affectueux. « La frontière humain-animal est extrêmement ténue puisque bien souvent ces compagnons se révèlent être de véritables substituts d’enfants, pédagogiquement parlant. (…) Cette intimité développée entre des humains et des animaux conduit à les penser comme de véritables doubles culturels, des alter ego (Brohm, 1997) » analysent Emmanuel Gouabault et Claudine Burton-Jeangros. Preuve de cet égard envers les animaux, une enquête menée par le site aufeminin.com en 2012 relevait que seulement 2% des animaux de compagnie vivent à l’extérieur du domicile dans une niche. Dans la même veine, s’il s’avérait que leur animal décédait, 64% des femmes interrogées l’envisageraient comme la perte d’un membre de leur famille et 71% déclarent qu’il leur faudrait « du temps pour s’en remettre ». Seules 12% d’entre elles pourraient racheter un autre animal peu de temps après. (4)

Les animaux nous veulent du bien

Pour 44% des possesseurs de chiens et de chats, l’animal de compagnie est un facteur de bien-être. (1) Les femmes semblent particulièrement attachées à leurs animaux de compagnie. Selon une enquête signé PetSafe publiée en 2014, elles seraient davantage disposées à passer du temps avec eux, surtout lorsqu’elles ont entre 35 et 44 ans. D’ailleurs, ce sont généralement les femmes qui se dévouent pour promener les chiens soulignent les résultats de l’enquête. (5) Même constat du côté de la recherche d’informations sur internet ; d’après les chiffres de Médiamétrie, la population féminine représente 55% de l’audience des sites classés dans la catégorie « Famille / Art de vivre : Animaux » sur le mois de mai 2015. (6)

Médiamétrie

Néanmoins, malgré cet attachement indéniable aux animaux de compagnie, les femmes sont nombreuses à mentionner les contraintes intrinsèques à ces derniers. C’est pourquoi les chats (plus autonomes) sont de plus en plus plébiscités par les femmes (comme par les hommes). (3) D’ailleurs, entre 2010 et 2012, la population canine (plus de 7 millions) a diminué de 100 000 chiens par an en moyenne alors que de son côté, la population féline (plus de 11 millions) a augmenté de 200 000 chats par an. (1)

Marion Braizaz

Sources :
(1)http://www.notre-planete.info/ – Enquête datant de 2012 menée par TNS Sofres auprès 14 000 foyers
(2) Gouabault, Burton-Jeangros « L’ambivalence des relations humain-animal, Une analyse socio-anthropologique du monde contemporain » Sociologie et sociétés. Volume 42, numéro 1, printemps 2010, p. 299-324
(3)http://wamiz.com/chats/actu/
(4) Grande enquête « Vos animaux et vous » menée sur aufeminin – Juillet/Août 2012 – 871 femmes
(5)https://www.assurland.com/assurance-blog/assurance-chiens-chats-actualite/
(6) Source : Médiamétrie / Médiamétrie NetRatings – desktop – mai 2015 – composition pages

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>