Archives par mot-clef : communication

Communication : « il faut frapper au coeur en démontrant l’utilité et le « pourquoi » des marques »


Yael KushRencontre avec Yael Kusch et Jean-Michel Stassart, fondateurs de l’agence K&S Emotions.

Quel est le positionnement de votre nouvelle agence ?

Nous avons fondé K&S Emotions pour faire bénéficier nos clients, qu’ils soient de grosses entreprises ou des start-up, de toute notre expérience professionnelle après plus de 20 ans chacun dans des groupes de premier plan et à la pointe de leur activité.

NRJ, Galeries Lafayette, Aegis Media, le groupe aufeminin et Bally à Londres pour ma part, dans le domaine de la communication corporate, des relations presse, relations publiques et marketing culturel et digital, et chez Bouygues pour mon mari, Jean-Michel Stassart, dans les activités immobilier, cinéma, télévision (TF1) et telecom, pour ce qui concerne la marque, la communication, le marketing, la publicité et le digital, notamment en brand content. Jean-Michel a d’ailleurs obtenu plusieurs prix EFFIE et plus de 12 millions de vues Youtube avec sa célèbre saga de la famille Dumas.

Quel « Marketing to Women » pour demain ? 8 conseils de Bridget Brennan


Marketing to WomenAu cours des dernières années, de nombreuses marques ont choisi de préempter un discours de communication à destination des femmes particulièrement engageant, allant de la thématique de l’empowerment (« I Will What I Want » de Under Armour), jusqu’à la dénonciation des clivages de genre (« Like a girl » d’Always), en passant par le désir d’être une marque ancrée et facilitatrice du quotidien des femmes (la #PenséeQuiRendBelle de Dove). 

Si ces différentes campagnes, menées à des échelles internationales sont des exemples du genre, tous les annonceurs, quels que soient leurs secteurs d’activités ont désormais pris conscience des enjeux publicitaires lorsque l’on s’adresse aux consommatrices. D’ailleurs, pour la majorité d’entre eux, le territoire de communication du « marketing féministe » n’est pas forcément le plus approprié car ils tomberaient alors dans un « feminity washing » mensonger. (1) En avril 2015, la spécialiste du marketing to women et auteure de l’ouvrage Why She Buys, Bridget Brennan dévoile dans un article pour Forbes, quelles sont, d’après son expérience, les étapes clés à considérer quand on élabore un discours publicitaire dédié à la population féminine. (2) Womenology se propose de revenir sur les arguments développés par cette experte, en les mettant en perspective avec des exemples concrets.

Appréhender les enjeux du « big data » au prisme du marketing to women


Les entreprises ont aujourd’hui la possibilité de tracker les données personnelles d’une cliente dans la rue à l’aide de la géolocalisation et de son parcours. Le challenge du Street marketing(tm) est de créer la surprise en étant très créatif. Plus la consommatrice est surprise par des opérations impactantes dans la rue, plus la récolte de son email et de ses informations personnelles se fera de son propre gré -permettant ensuite une interprétation simplifiée de ce gigantesque « big data ». Un challenge à l’heure où l’exploitation du big data explose aux USA, permettant de mieux comprendre le comportement d’achat d’une femme. Marcel Saucet, docteur en marketing et plus particulièrement spécialiste du street marketing nous éclaire sur ce sujet en pleine expansion.

Big Data

Les sportives à l’honneur dans les publicités : quels discours pour les convaincre ?


La popularité du sport n’est plus à démontrer en France. Avec une croissance de 3% des achats liés à la pratique d’une activité physique, 2014 est la meilleure année pour ce secteur depuis cinq ans (1). Si les hommes de 14 ans et plus représentent 50% des ventes, les femmes ne sont pas en reste, puisque leur consommation sportive atteint 31% (les enfants représentent quant à eux 19% des ventes). Les marques leader du marché ont bien saisi l’importance de s’adresser à leurs clientèles féminines. Si des points communs peuvent s’observer en matière de discours et de ton de communication, chacune préempte un territoire publicitaire assez distinct. Analyse de Womenology.fr.

Reebok  - 2015

L’image de la maternité à la télé : que font les publicitaires ?


Maternité et publicitaires« La fonction maternelle chez les humains n’a rien de naturelle ; elle est toujours et partout une construction sociale, définie et organisée par des normes, selon les besoins d’une population donnée à une époque donnée de son histoire » écrit l’historienne Yvonne Knibiehler. (1) Au cours des siècles passés, les représentations associées aux mères ont largement évolué. Autrefois « devoir », la maternité est devenue un « droit » sous l’impulsion de l’évolution des rapports sociaux de sexe. Contraception, IVG, devenir mère est aujourd’hui un choix. Pourtant, la manière dont certains spots publicitaires mettent en scène les mamans pose de nombreuses questions. Révélateurs de paradoxes forts pesant sur les épaules féminines, les publicités font l’éloge d’une maternité particulièrement contradictoire. Womenology propose son analyse.

Marketing – Publicité : réapprendre à parler aux femmes ?


Comment parler aux femmes ?Oui l’égalité a progressé en France depuis l’émancipation féminine. Néanmoins, dans l’univers publicitaire, les stéréotypes de genre persistent insidieusement, voire parfois même de manière totalement assumée, comme l’illustre la dernière campagne outre-manche de la marque Protein World. (1) Mais dans une société où la liberté d’expression est la règle d’or, notamment sur les réseaux sociaux, ce type de communication suscite désormais des levers de boucliers sans commune mesure. Aujourd’hui, 74% des individus déclarent être énervés par des publicités où les stéréotypes sexistes sont présents. (2) Avec pour ambition de mettre en lumière la « Femme au féminin pluriel », le cabinet de conseil en développement de marque et insight marketing Added Value (Groupe WPP), a présenté en mars dernier une étude intitulée « Comment parler aux femmes en 2015 ». Retour sur les enjeux clés.

Le féminisme est mort, vive le féminisme !

S’appuyant sur une méthodologie aux multiples leviers (benchmark publicitaire, enquête qualitative à l’international), le point de départ de l’étude de Added Value était de comprendre comment les femmes se représentaient la féminité et quels étaient leurs modèles ou icônes.

M.A.C Cosmetics : portrait d’une marque militante et décomplexée


Jelena AbbouLa marque M.A.C Cosmetics a été créée au Canada en 1984 par Frank Toskan et Frank Angelo. Initialement conçue pour répondre aux attentes des professionnels du maquillage, leur offre s’est étendue depuis quelques années au grand public avec un succès florissant. Leur credo historique « All Races, All Sexes, All Ages » a fortement participé à la notoriété de la marque dont la stratégie marketing et de communication fait office d’exemplarité.

M.A.C : Reine du ‘Social Media’ ?

Selon une enquête réalisée par l’agence de marketing digital Stickeyes au Royaume-Unis, M.A.C est incontestablement le leader de l’engagement via les réseaux sociaux dans le secteur de la beauté, et plus particulièrement de la beauté « ethnique ».

La femme Lacoste a du mordant


Un polo et un crocodile brodé. Telle est la marque de fabrique de l’entreprise française mythique Lacoste. Nées officiellement en 1933, les célèbres chemises ornées de leur écusson reposent sur une histoire forte, celle d’un champion de tennis international : René Lacoste – surnommé « l’alligator » ou « le crocodile » en référence à sa ténacité sur le court. Après la diversification de son offre, la marque a su faire évoluer son image.

Focus sur la stratégie de Lacoste, qui, à partir de 2011, a renforcé sa communication auprès des femmes.

« Internet est une formidable opportunité pour les femmes pour prendre la parole »


Isabelle Spanu

Personnalité connue sous le nom de «! Princess Zaza!», Isabelle Spanu est une blogueuse lifestyle passionnée par le social media et spécialisée dans les bons plans culturels et gourmands. Elle propose aussi des bonnes adresses autour de la thématique voyage. Womenology est allée à la rencontre de cette femme influente dans le monde du numérique et de la vie culturelle pour lui demander de partager avec nous sa vision.

Les différents types de masculinités des marques


Résumé de l’article de Salim Azar, Maître de conférences en sciences de gestion à l’Université de Cergy-Pontoise (Centre de recherche THEMA), « Exploring brand masculine patterns : moving beyond monolithic masculinity », Journal of Product & Brand Management, 2013, pages 502-512.

Depuis quelques années, les professionnels du marketing et de la communication commencent à s’appuyer sur la thématique du genre dans le cadre de lancement de nouveaux produits. Pour séduire les hommes, certaines marques ont pris le parti de « genrer » des offres à l’origine unisexe. Un des meilleurs exemples de cette masculinisation de produit a été illustré par le lancement du Coca-Cola Zéro à destination des hommes. D’autres entreprises ont choisi d’étendre leur offre aux hommes en créant des marques propres : L’Oréal avec Men Expert, Unilever avec Dove Men Care, etc.