Archives par mot-clef : Alimentation

La cuisine se la joue sans complexe !


Les grandes tendances du Cooking Lab Marmiton

Dans la cuisine des Français, l’ambiance est à la fête. Loin d’être une corvée, pour la majorité des hommes et des femmes, préparer à manger est un véritable plaisir, ou du moins c’est ce qu’ils en disent ! Selon les chiffres de l’enquête annuelle menée par le site Marmiton en 2015, il y a du monde aux fourneaux ! Beaucoup (61%) déclarent cuisiner tous les jours. (1) Pour les autres, c’est plutôt 4 à 5 fois par semaine (21%) ou 2 à 3 fois par semaine (13%). Seuls 5% des sondés ne cuisinent qu’une fois par semaine, voire moins. Et même les plus jeunes sont adeptes des plats « travaillés » puisque 47% des moins de 25 ans assurent cuisiner tous les jours. On est loin de l’image de l’étudiant accro au fast-food. 

Cooking Lab 2015

Les femmes et leurs beautés : une tyrannie du bien-être ?


L’histoire des femmes et de leur corps est caractérisée par de multiples dimensions et péripéties : désamour, dominations, inégalités, mais aussi émancipations… La relation féminine aux normes esthétiques est un miroir social renseignant sur les enjeux à la fois identitaires de tout un chacun mais également plus spécifiquement sur les rapports entre hommes et femmes. Aujourd’hui, où en sommes-nous ? Après les mouvements féministes ayant dénoncé les diktats corporels reposant sur les femmes, comment les nouvelles générations féminines construisent-elles leur rapport à la beauté ? Womenology a mené l’enquête et dévoile 4 facettes résumant la mécanique féminine du soin de l’apparence. (1)

Les 4 facettes de la beauté des femmes

Fourchettes, amour et kilos : enquête sur la cuisine des couples


Fourchettes, kilos et amourEtre en couple rime-t-il toujours avec prise de poids ? En février 2015, « I Love My Diet coach », marque de coaching minceur publie une enquête exclusive sur la place de l’alimentation au sein des relations amoureuses. En partenariat avec CCM Benchmark Panel, une étude a été menée auprès de 1000 internautes pour comprendre les valeurs associées à la cuisine au cœur de la vie conjugale. (1) Womenology décrypte ses résultats.

Quelles sont les marques les plus culinaires ?


« La culinarité requiert des marques, sucrées et salées, une facilité d’emploi et un gain de temps. » Tels sont les ingrédients de base des marques dites « culinaires » pour la psychosociologue Danielle Rapoport. Le site Marmiton, en partenariat avec Womenology, a mené une enquête en décembre/janvier 2014 afin de mettre au jour les 10 marques les plus culinaires pour sa communauté. Zoom sur les résultats avec une infographie dédiée et rendez-vous sur influencia pour un décryptage complémentaire. (1)

Les femmes seniors sont-elles l’avenir des marques ? (2/2)


L’usage du terme « seniors » s’est généralisé depuis maintenant quelques années. Révélateur d’une société privilégiant le « jeunisme », ce terme – plus valorisant – englobe une population des plus hétérogènes. Parmi ces consommateurs âgés, une cible intéresse plus particulièrement les professionnels de la communication : les femmes seniors. Mais les marketers comprennent-ils vraiment leurs attentes ? Quelles marques se distinguent par leur politique marketing ciblant les femmes seniors ?

Les seniors, qui sont-ils ?

En 2012, le marché des seniors est estimé à plus de 22 millions d’individus (source ined) (1). Cette considérable population se compose de profils particulièrement divers. C’est pour cette raison que plusieurs typologies ont été créées pour aider les professionnels à comprendre leurs publics. Plus communément, trois générations semblent coexister. Cette segmentation est le résultat d’un triple effet : d’âge, d’étapes de vie et de valeurs. (1)

Les tendances culinaires de 2012


Plaisir, santé, forme, praticité et éthique sont les axes correspondant aux attentes des consommateurs selon TNS Sofres et XTC World Innovation.

A l’occasion du Salon International de l’Agroalimentaire 2012 qui s’est déroulé du 21 au 25 octobre derniers, les deux entités ont conjointement animé une conférence : «Innovation alimentaire : Tendances et analyse croisée offre et demande».
Celle-ci a permis de déceler 12 grandes tendances qui feront l’alimentaire de demain :

1. Discount malin, des produits basiques et peu chers : la recherche du prix le plus bas pour certains produits alimentaires est répandue chez près de la moitié des consommateurs en France (55 %).
L’exemple qui illustre cette tendance : le produit Adélie Les Minis de la marque Délices du Valplessis ; ce sont de petites bouchées de crème glacée à la vanille enrobées de chocolat au lait avec céréales croustillantes.

Les femmes consomment différemment durant leur grossesseWomen eat differently during pregnancy


La grossesse est un moment très particulier de la vie d’une femme. Si l’on connaît bien ses conséquences physiologiques et psychologiques, les études manquent dans le domaine du marketing. Pourtant, la période de la grossesse bouleverse les habitudes de consommation des femmes : analyse de ce profil très particulier de consommatrice qu’est la femme enceinte.

Le premier changement profond durant la grossesse concerne les produits jugés dangereux pour le bébé, dont la consommation chute. L’alcool en est un exemple particulièrement représentatif, comme l’a montré un rapport de l’Ecole de Santé Publique. Ainsi, d’après une étude menée en 2005 par le Health Council of Netherland, 80% des femmes en âge de procréer boivent régulièrement de l’alcool, mais les deux tiers d’entre elles arrêtent toute consommation d’alcool à partir du 3e mois de grossesse. Un comportement qui n’est pas observé partout avec la même constance (ainsi, aux Etats-Unis, la moitié des femmes enceintes avouent avoir bu de l’alcool au moins une fois au cours du dernier mois de grossesse), mais une conclusion univoque émerge toutefois : les femmes s’efforcent de réduire leur consommation de produits nocifs durant leur grossesse.Pregnancy is a very special moment in a woman’s life. While we’re familiar with the physiological and psychological consequences, there’s a shortage of studies in the field of marketing. Yet the period of pregnancy alters women’s consumption habits significantly: here’s an analysis of the very specific consumer profile that is the pregnant woman.

The first profound change during pregnancy concerns products that are deemed dangerous for babies, where we see consumption levels drop. Alcohol is a particularly representative example, as a report from the Ecole de Santé Publique (French School of Public Health) showed. According to a study led by the Health Council of the Netherlands in 2005, 80% of women of reproductive age drink alcohol regularly but two-thirds of them stop drinking alcohol altogether from the 3rd month of pregnancy onwards. This behaviour isn’t observed everywhere to the same degree (in the United States, for example, half of pregnant women admit to having drunk alcohol at least once during the last month of pregnancy), but an unequivocal conclusion emerges nevertheless: women make an effort to reduce their consumption of harmful products during their pregnancy.

Des dosettes de lait pour bébé. What else?Milk capsules for babies. What else ?


Nestlé croise deux de ses coups marketing les plus réussis et s’adresse aux mamans : après le lait infantile en poudre et les dosettes de café, les biberons en kit sont lancés sur les marchés suisse et liechtensteinois. Pendant que papa et maman se préparent une tasse de café (ou même de thé, avec la machine Special-T), leur bébé pourra lui aussi succomber aux sirènes du géant de l’agro-alimentaire en dégustant son biberon de BabyNes.

D’après les dires de l’équipe marketing de Nestlé, il semblerait qu’il n’y ait pas d’âge pour tomber accro à un concept marketing : « Quand elle entend le bruit de la machine, elle sait que le biberon va être prêt. Elle a assimilé le bruit de la machine au biberon. » (témoignage d’Aïcha, chef de département Finance chez Nestlé, mère d’une petite fille âgée de 8 mois). Nestlé gagne ainsi les cœurs de toute la famille.Nestlé brings together two of its most successful marketing campaigns and addresses mums: after baby formula milk and coffee capsules, a bottle-feeding kit has now been launched in the Swiss and Liechtenstein markets. While mum and dad make a cup of coffee (or even tea, with the Special-T machine), their baby can also be drawn in by the sounds of the food giant through its BabyNes bottle.

According to Nestlé’s marketing team, it appears that there’s no set age for becoming addicted to a marketing concept: “When she hears the sound of the machine, she knows that the bottle’s ready. She associates the sound of the machine with the bottle.” (testimony from Aïcha, head of the Finance department at Nestlé and mother to an 8-month-old girl). Nestlé therefore wins over all the family.

Les produits lights, véritables stars dans les cuisines des femmesLighter options, the true stars of women’s kitchen cupboards


Inconnus il y a deux décennies, les produits light ont envahi les rayons à tel point que tous les aliments ont désormais une version light – des yaourts au beurre, en passant par les sodas. Alliés de tous les régimes, ils sont devenus incontournables pour les femmes – mais ils ne sont pas toujours bien utilisés…

Ce n’est que dans les années 60 que le lait écrémé a obtenu une autorisation de commercialisation. Depuis, les marques ont parcouru bien du chemin, et les produits « light », « légers » ou « allégés » occupent désormais 20% des linéaires. Il y a même les domaines où l’allégé est devenu la norme : les chewing-gums contenant du vrai sucre ont presque disparu, et les ventes de Coca-Cola Light ou Zéro ont dépassé celles de la version de base !

Les femmes sont sans conteste les plus grandes consommatrices de produits light. Désormais, à cause d’une pression sociale qui affirme que la beauté ultime est la minceur, les femmes sont sans cesse « au régime » ou en train de « faire attention » : pas étonnant que le light soit vécu comme une véritable philosophie de vie et envahisse leurs placards ! Les femmes ont ainsi l’impression de pouvoir manger sans calories.Unheard of a couple of decades ago, low-calorie and low-fat products have invaded our supermarket aisles to such a point that all foods now have a lighter version – from yoghurts and butter to fizzy drinks. A dieter’s best friend, they are now essential buys for women…

It was only in the 1960s that fully skimmed milk was authorised to be sold. Since then, brands have followed suit and “lighter”, “low fat” and “low calorie” products now make up 20% of products in our food aisles. There are even areas where the lighter option has become the norm: chewing gums that contain real sugar have almost disappeared, and sales of Diet Coke or Coca Coca Zero have overtaken sales of the original version!

Women are without question the biggest consumers of these lighter options. As a result of social pressure which stresses that slenderness is the ultimate sign of beauty, women are constantly dieting or “watching what they eat and drink”: it’s not surprising then that lighter foods are seen as a real philosophy of life and they invade women’s cupboards! Women therefore get the impression that they can eat without consuming calories.

Le club Bébé Nestlé, des conseils personnalisés en nutritionThe Nestlé Baby Club, personalised nutrition advice


Nestlé pense aux mamans. En 2006, la marque crée un site de conseils sur l’alimentation de leur enfant, avec les contributions de nutritionnistes.

Le programme compte plus de 460 000 inscrits. Chaque mois, il rassemble près de 159 000 visiteurs uniques et accueille 6 300 nouveaux inscrits.

Au menu, un explorateur nutritionnel. Ce programme interactif permet de connaître les besoins nutritionnels de bébé pour chaque tranche d’âge. Est aussi proposé un guide téléchargeable d’idées de menus pour deux semaines. On a accès à d’autres rubriques, comme le quotidien avec bébé, des ruses de mamans, des paroles d’experts, des jeux… On peut aussi imprimer des bons d’achats pour des produits Nestlé.

Ce programme indique aussi quels sont les progrès visibles de l’enfant à chaque âge (saisie d’objets,
par exemple).

Nestlé cares for mothers. In 2006, the brand created a website providing expert nutritional advice for kids. The website now registers 460,000 subscribers and receives an average of 159,000 unique visitors and 6,300 new subscriptions per month.

On the menu: a nutrition navigator. This interactive programme gives information on the nutritional needs of a baby for each age category. It also provides a downloadable guide with menu suggestions for two weeks. Some other sections are available such as everyday life with baby, mums’ tricks, advice from experts, games… and downloadable Nestlé coupons.

The programme also indicates what the growing-up milestones of the child are according to their age (like picking up and holding objects, for example).